Créer son potager en permaculture 14/17

Dans cet avant-dernier module, nous abordons les associations de culture. Elles ont fait couler beaucoup d’encre ces dernières années, vendues comme étant une finalité et une obligation dans un potager permacole. Nous parlons également de la rotation des cultures, un principe un peu obsolète lorsque l’on dispose d’un sol vivant et riche, mais qui peut être utile dans certaines situations. 

Bonne lecture ! 😊  

Module n°14 : les associations et rotations de culture

 

Les associations de cultures dans un potager

Les associations de cultures sont des plantes que l’on fait pousser ensemble pour créer des synergies. Il existe deux grands types d’associations :

Les associations dites allélopathiques

Le principe est d’associer des plantes qui ont une action l’une sur l’autre. On dit par exemple que l’oignon associé à la carotte permettrait d’éloigner certains ravageurs des deux cultures.

Sur le papier, ce genre d’association est très intéressante. En pratique en revanche, il est difficile de prouver leur véracité. En effet, un certain nombre de recherches ont été réalisées dans le domaine, avec de nombreux résultats. Le problème est que ces résultats ont pour l’instant été prouvés en laboratoire, et ne sont pas toujours applicables en réalité. De plus, bien que certaines de ces conclusions aient pu être vérifiées en réalité, elles ne donnent pas forcément les mêmes résultats selon les types de sols, les conditions de cultures, la pression des maladies, etc. La diversité de situations présentes dans la nature est telle qu’il est parfois impossible d’affirmer que telle ou telle association produit un effet, bénéfique ou néfaste.

L’oignon est censé repousser la mouche de la carotte…vraiment ? Impossible de le vérifier chez nous : nous n’avons pas de problème avec cette mouche !

Les associations gain de place

Le principe est d’associer des plantes au port plus ou moins haut pour maximiser la photosynthèse sur une surface donnée en jouant sur les étages de végétation. Il est aussi possible de maximiser la photosynthèse en cultivant des plantes au cycle court avec des plantes au cycle long.

Néanmoins, ces associations sont parfois difficiles à mettre en place, car elles peuvent demander beaucoup d’organisation en amont. En effet, il est nécessaire de gérer la production de plants pour avoir un bon timing : il ne s’agit pas toujours de jeter un mélange de graine et de récolter une abondance de légumes ! Même si ces mélanges existent comme l’association carotte-laitue-radis.

Prenons l’exemple de la milpa, une association emblématique originaire d’Amérique Centrale consistant à cultiver sur la même surface maïs, courges et haricots. Dans cette association, les haricots se servent du maïs comme tuteur, le couple maïs-haricot fait de l’ombre aux courges et ces dernières couvrent le sol pour empêcher la pousse des adventices. Malheureusement, semer les trois en même temps ne permet pas de profiter de cette super association : le maïs ne croît pas suffisamment rapidement par rapport aux haricots, qui se retrouvent en manque de tuteurs. Il faut alors semer le maïs et attendre un mois avant de venir semer les haricots pour qu’ils ne gênent pas le maïs. Il faudra aussi, si la parcelle est grande, choisir des maïs à farine, car les maïs doux se récoltent immatures et il est difficile d’accéder à la zone de culture quand les courges couvrent la totalité du sol.

Nous pourrions aussi citer l’association ail/mâche qui permet de récolter de la verdure tout l’hiver pendant que l’ail croît tranquillement. Pour cette association, je conseille de planter des plants de mâche en même temps que l’on plante nos caïeux d’ail. Les plants auront donc dû être préparés quelques semaines en avance, afin d’être dans le bon timing. En effet, si vous semez de la mâche en novembre en extérieur, vous risquez de ne pas récolter grand-chose selon votre climat !

 

Ce sont des exemples, et comme il n’existe pas de vérité générale autour des associations, ces exemples peuvent néanmoins fonctionner ailleurs que chez nous : dans le sud, on peut certainement semer de la mâche en novembre par exemple !

Ce que nous vous conseillons donc, pour vos associations de cultures, c’est de vous détacher des livres traitant de cela et de les imaginer par vous-même en réfléchissant à la place future que prendra chaque plante lorsqu’elle sera développée. On suivra alors une règle générale : maximiser la photosynthèse !

Une règle générale : maximiser la photosynthèse

Puisque les effets des associations sont imprévisibles et très variables, nous vous conseillerions, pour vos associations, de retenir une règle générale : celle consistant à maximiser la photosynthèse ! On cherchera alors à occuper toute la surface disponible avec des feuilles, situées à différents étages. Reprenons l’exemple de la milpa : en mélangeant ces trois plantes, la totalité de la surface de culture est recouverte par des feuilles : au sol, les courges, en l’air, les haricots et le maïs. La production est donc proche de son maximum ! Dans une association où l’on mettrait du basilic au pied des tomates, le basilic finirait de capter les rayons solaires avant que ceux-ci ne touchent le sol et ne soient « perdus ». Cette maximisation se joue également dans le temps. Par exemple, lorsque vous plantez vos pieds de tomates en mai, pourquoi ne pas réaliser un ou deux cycles de radis avant que vos tomates ne prennent toute la place ? Vous aurez ainsi maximisé l’utilisation des rayons du soleil sur cette surface !

La photosynthèse ?

Les plantes utilisent l’énergie de la lumière pour séparer l’eau (H²O) en oxygène et en hydrogène. L’hydrogène, mélangé au carbone capté dans l’atmosphère, produit des sucres simples et donc de la matière. L’oxygène restant seul est rejeté dans l’atmosphère durant le processus. Les plantes sont alors des filtres capables de nettoyer l’air !

Ainsi, il nous paraît plus pertinent de se diriger vers des associations gain de place, qui semblent plus pragmatique. C’est en partie grâce à ce type d’association que l’on peut produire plusieurs kilos de légumes par mètre carré, et par an !

Quelques associations gain de place 

• carotte-poireau

• chou-carotte-radis

• blette-mâche

• courge palissée-laitue

• courgette-maïs

• pois à rames-laitue

• panais-fèves

• laitue-radis

• ail-mâche

• maïs-radis/betterave/carotte/etc

• etc.

 

Une association au jardin et dans l’assiette : petits pois carottes ! On sème les deux légumes le même jour. Les carottes vont couvrir le sol au pied des pois, et on pourra pailler les carottes avec les cosses de pois par la suite !

 Pourquoi ne pas utiliser la surface sous le maïs pour récolter des radis le temps que le maïs occupe l’espace ? On pourra même venir repiquer des salades dès que les premiers radis seront récoltés. Elles seront à mi-ombre durant la saison chaude. Voilà comment maximiser l’espace et la photosynthèse !

 

association de culture

 Même chose ici : ces courgettes précoces peuvent tout à fait accueillir quelques laitues à couper à leurs pieds avant d’occuper tout l’espace. Il aurait été possible de densifier encore plus, ajouter des radis, ou davantage de laitues !

 

Alors, comment abordez-vous les associations et rotations de cultures ? Nous sommes curieux de connaître votre avis et vos impressions ! 

 

14 Commentaires

  1. Bonjour,

    Merci pour ce module ainsi que les précédents ! 🙂
    Petite question sur celui-ci : vous parlez de rotation dans le titre et l’introduction, mais pas de paragraphe sur ce sujet derrière. De ce que j’ai compris vous estimez qu’avec un sol riche et vivant c’est obsolète, mais du coup, vous ne pratiquez pas de rotation du tout ?
    Pas même quelques enchaînements de cultures à éviter ?

    Merci pour tout ce savoir que vous partagez librement !

    Réponse
    • Bonjour Antoine ! En effet, je n’en fais pas, sauf les choux où j’évite dans la mesure du possible de les replanter au même endroit, mais finalement j’en cultive sur toutes les planches chaque année. Je vais modifier le texte, merci, ce qu’il faut comprendre c’est qu’un joyeux mélange d’espèces différentes et une bonne nutrition du sol permettent de ne pas se prendre la tête avec les rotations 🙂
      Belle journée à vous !

      Réponse
    • PS : j’évite aussi, dans la mesure du possible, de chercher des noises : par exemple là j’ai une série de courgettes complètement remplie de pucerons dans la serre. Je vais donc éviter de replanter des courgettes cette année à cet endroit. Voilà ce qu’il faut retenir c’est que c’est souvent inutile de réfléchir à un super plan de rotation, vaut mieux faire des associations et surtout cultiver toute l’année (une récolte = un semis ou une plantation le plus rapidement possible), grâce à cette méthode les cultures s’enchaînent à des endroits différents et les rotations se font “d’ elles mêmes” 🙂

      Réponse
  2. Bonjour. J’en suis à ma deuxième année de potager en permaculture. J’ai pu me procurer de la paille l’année dernière et j’ai couvert les rectangles. Ces derniers restent paillés. Mais cette année comme l’année dernière mes premiers plants (achetés et replantés, courgettes, haricots..) sont mangés par les limaces. Je dois procéder courant juin à de nouvelles plantations sans l’assurance de réussir. Pourtant je nourris les limaces de pomme de terre ….). Bref je m’interroge beaucoup sur le paillage très contraignant (de plus difficultés pour le semis en pleine terre, beaucoup de temps pour planter dans la paille, abri à limaces …). Les associations gain de place pour la photosynthèse me semble plus efficient notamment car permettant les semis directs non ? De plus l’abondance donnerait de quoi manger aux limaces ce qui réduirait l’éclaircissage ? … vraiment mes 2 ans de tests ne sont pas concluants, je me pose beaucoup de questions. Merci si vous pouvez éclaircir mes idées, me rassurer et me motiver à continuer. 🙂

    Réponse
    • Bonsoir ! Comme je le précisais dans un module au début, le paillage n’est pas une obligation. Il faut retenir ses avantages ET ses inconvénients. Ainsi il ne faut pas hésiter à depailler certaines zones avant le semis de légumes sensibles..’ à titre d’ exemple je ne paille pas mes carottes en mai lorsque que je les sème, et j’ai moins de problèmes de limaces. Je dois cependant désherber un peu plus… Le paillage n’est donc pas une panacée : selon les contextes il faut savoir l’utiliser avec parcimonie… Je reste dispo pour d’autres questions 🙂 bonne soirée !

      Réponse
    • Oui, les associations gain de place permettent les semis direct, tout à fait. Pour les limaces, elles peuvent aussi éclaircir mais peuvent aussi tout manger 😅

      Réponse
  3. Je m étais habituée à cette lecture et à cet apprentissage quotidien ! Cela va manquer. Merci Guillaume et à votre équipe pour nous avoir permis de profiter de votre expérience et de vos connaissances j espère petit à petit mieux explorer vos techniques et m ouvrir à d’autres possibles

    Réponse
    • Merci beaucoup pour ce retour, ca nous très plaisir !
      Belle journée et à très bientôt !

      Réponse
  4. merci Guillaume, c’est très libérateur, car les associations c’est un super casse tête et ça marche pas vraiment. Par contre les potagers bien remplis avec beaucoup de légumes, qu’est-ce que c’est beau ! ça fait rêver, alors on s’y met, on plante, on plante, et vive la photosynthèse.

    Réponse
    • Bien content d’avoir pu faire passer le message 😀
      En effet, mieux vaut ne pas trop se casser la tête !

      Réponse
  5. Merci Guillaume et toute l’équipe
    J’ai beaucoup appris à l’occasIon de vos modules
    Tous les jours j’avais hâte de mettre en pratique vos précieux conseils
    Mon jardin accueille déjà quelques semis du confinement qui ne demandent qu’à grandir dans de bonnes conditions : paillage, terre fertilisée avec mon composte et pas trop arrosé car je sais désormais que ma terre argileuse n’a pas besoin de grand chose
    Mon composte va désormais tenir compte de l’équilibre Carbone azote et n’en sera que meilleur
    Mes vieilles herbes coupées me servent aussi de paillage : désormais plus besoin d’aller à la déchèterie tout se recycle
    Merci beaucoup ça me procure beaucoup de bonheur

    Réponse
    • On est super content que ca vous ai plu 🙂

      Réponse
  6. Merci encore pour ce module très intéressant. D’ailleurs ces derniers jours avaient un petit air de routine matinale: lire vos modules où j’apprends à organiser mon potager, ce qui peut être fait, testé…
    J’ai beaucoup appris et je garderai précieusement vos modules pour pouvoir mes révision et si besoin,

    Réponse
    • Bonjour Edith !
      Merci beaucoup pour ce retour, on est super content !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, créer un verger bio, sain et productif, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir l'extrait directement !

Cultivez votre quotidien et gagnez en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre numéro arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier votre boite SPAM ou promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois !

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂