Créer son potager en permaculture 9/17

En permaculture, on utilise le paillage pour limiter les arrosages et économiser l’eau. Néanmoins, cela n’est parfois pas suffisant pour se passer complètement d’arrosage. Dans ce module, nous allons donc aborder la gestion de l’eau et l’irrigation des planches de culture.

Bonne lecture ! 😊

Module n°9 : gérer la ressource en eau

 

Pourquoi se donner du mal à récupérer l’eau de pluie ?

Utiliser l’eau potable du réseau est coûteux et risqué : d’une part, vous la payez quand elle peut être gratuite en tombant du ciel, d’autre part on utilise de l’eau potable pour alimenter une plante qui n’est pas aussi exigeante que nous sur la qualité de l’eau qui lui convient, et enfin, on se retrouve piégé lors des interdictions d’arroser les jardins en été lors des périodes de sécheresse (qui ne feront que s’intensifier !). Lorsque l’on est dépendant du réseau pour arroser, on est vite tenté de transgresser la règle pour ne pas laisser le jardin mourir de soif, mais ces pratiques nuisent à tout le monde… Cela ne signifie pas qu’il faut culpabiliser d’utiliser l’eau du réseau pour arroser son jardin, mais qu’il faut réfléchir à comment s’en émanciper, afin de cultiver cette notion d’autonomie.

 

Chaque année, se sont en effet plusieurs dizaines, voire centaines de mètres cubes d’eau qui tombent sur notre terrain. Sans captage et stockage de cette eau, elle repart tout simplement dans les cours d’eau. Alors, nous ponctionnons les nappes phréatiques pour couvrir nos besoins, qui par conséquent, ont de plus en plus de difficultés à se remplir… Le serpent se mord la queue ! Ce qui nous semble encore plus absurde, c’est qu’en milieu tempéré, le toit d’une maison reçoit largement assez d’eau pour satisfaire les besoins de ses habitants. Pourtant, cette eau n’est ni récupérée ni filtrée… Cela atteste bien de la gestion plus que catastrophique de l’eau dans notre société…

 

La meilleure façon d’agir à son échelle, donc, c’est de stocker ! Ainsi, n’hésitez pas à faire de la récupération d’eau votre priorité !

 

Comment récupérer et stocker mon eau de pluie ?

Pour récupérer de l’eau, tous les moyens sont bons.

 

Un bassin improvisé bon marché

Ici, nous avons profité d’une livraison de broyat de végétaux pour créer des rebords en broyat. Nous avons ensuite placé une bâche, et voilà un bassin qui capte plusieurs mètres cubes pour quelques dizaines d’euros, sans creuser !

 

Dériver l’eau du toit de sa maison

Il est intéressant de se servir du toit de sa maison pour récupérer l’eau de pluie en dérivant les gouttières. On peut alors facilement calculer combien d’eau l’on récupèrera en moyenne selon les années. Pour faire ce calcul, on mesure la surface du toit, et on la multiplie par la pluviométrie moyenne. On soustrait un petit pourcentage d’erreur et on arrive à notre volume d’eau récupérable par an.
Le bureau d’étude PermacultureDesign a créé une petite fiche pour faire ce calcul facilement, vous pouvez consulter le fichier en cliquant ici.

Pour stocker cette eau, on peut se procurer des bacs rectangulaires comme ceux sur la photo ci-dessous, en demandant à des usines par exemple, mais la liste d’attente est souvent très longue ! À l’achat neuf, ces bacs sont assez onéreux. On peut les trouver sur leboncoin, d’occasion.

Creuser un bassin

Le plus efficace reste d’économiser un peu et de faire creuser un bassin si vous avez la place. S’il n’est pas possible de créer une mare naturelle, on déposera un grillage fin au fond si possible, pour éviter aux rongeurs de percer les bâches, puis on ajoutera une couche de sable, et enfin la bâche.

Si vous avez la possibilité de créer votre bassin, essayez de le creuser en amont de votre potager si votre terrain est en pente. Ainsi, vous pourrez plus facilement gérer votre flux d’eau grâce à la gravité. Il sera alors possible, si le dénivelé est assez important, d’arroser en goutte-à-goutte sans électricité.

À défaut d’avoir un grand bassin de récupération d’eau, on pourra limiter les arrosages et être réactif en cas d’orage l’été !

 

Étudier la topographie de son terrain

Pour mieux capter l’eau, il est important de savoir par où elle rentre sur votre terrain : en amont si votre terrain est en pente, sur votre toit, etc.
Vous pouvez suivre son cheminement jusqu’à la sortie de votre terrain et chercher à la capter le plus possible, à la retenir, grâce à la création de petites mares, de baissières, etc. De plus, en créant de multiples retenues d’eau sur votre terrain, vous permettrez à la faune et la flore de s’épanouir !

 

En attendant : la débrouille !

En attendant de mettre en place l’une ou plusieurs des précédentes solutions, vous pouvez dès à présent mettre en place de bonnes habitudes : récupérer vos eaux de cuisson, vos eaux utilisées pour laver les légumes, l’eau des ballons d’eau chaude pour ceux qui n’ont pas de vase d’expansion, multiplier les cuves et autres récipients de récupération pour conserver l’eau… Si l’on est rigoureux, on peut récupérer énormément d’eau à la maison ! Pour éviter de trop solliciter le réseau d’eau potable, vous pouvez bien évidemment limiter les arrosages au strict nécessaire et faire preuve de réactivité lors des orages d’été en utilisant au plus vite les petits récipients qui se rempliront vite !

Et l’irrigation des planches de culture ?

Investir dans du matériel d’irrigation est intéressant, notamment pour réduire le temps passé au jardin. Une irrigation automatisée peut même vous permettre de partir sereinement en vacances, même si votre sol a tendance à s’assécher en été. Plus généralement, elle peut aussi permettre de s’extraire de cette obligation d’être absolument présent pour arroser votre jardin chaque semaine. L’arrosage à l’arrosoir ou au tuyau peut être considéré comme une activité relaxante, où l’on prend le temps d’observer son jardin. Néanmoins, il est intéressant d’avoir un plan de secours en cas d’imprévu. On peut alors créer une irrigation automatisée avec des minuteurs et investir dans des systèmes de goutte-à-goutte, certes assez onéreux, mais qui permettent d’économiser l’eau. Ils peuvent durer très longtemps si l’on en prend soin. Le principe est d’arroser les plantes sous le paillage, afin d’éviter les phénomènes d’évaporation. L’eau descend directement aux racines sans avoir à traverser le paillage, où elle sera souvent en partie perdue. Ici tout dépendra de la taille de votre potager. Quelques dizaines de mètres carrés pourront facilement être arrosés au tuyau sans y passer trop de temps. Pour les plus grands potagers, le goutte-à-goutte prend tout son sens. On peut gérer chaque tuyau et contrôler précisément l’irrigation, ce qui permet à la fois d’économiser l’eau, mais également de gagner du temps !

Alors, comment envisagez-vous la récupération et le stockage de l’eau de pluie sur votre terrain ? 

N’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire 🙂

 

20 Commentaires

  1. Bonjour, merci pour ces conseils
    J’ai très envie de creuser un bassin mais je craint d’être envahie de moustiques. Comment faites vous avec vos bassins ? Utilisez vous des grenouilles ?

    Réponse
    • Bonjour Benoît,
      En effet, des moustiques vont venir, mais également des grenouilles, libellules, etc. Tout l’écosystème va se mettre en place et les moustiques seront eux aussi régulés. Nous n’avons pas plus de moustique qu’avant avec nos bassins/eau stagnante 🙂
      Belle journée à vous et à très bientôt,
      Guillaume

      Réponse
  2. En effet ! J’ai toujours une cuvette dans mon évier de cuisine ! Et chaque jour, cela me permet d’arroser les fleurs à proximité de la cuisine
    Merci pour la douche, je n’y ai jamais pensé ! Super !

    Réponse
    • pratique chez ceux qui, comme nous, ont des maisons mal conçues et perdent des litres et des litres d’eau avant que ça chauffe ! x)

      Réponse
  3. Bonjour ces modules sont supers ! Très intéressant ! J’essaie pour la 1ère année de commencer à jardiner autrement : paillage, l’année prochaine plusieurs carrés potager à même le sol.
    Dans mon évier de cuisine, j’ai toujours une cuvette pour y récolter l’eau avant qu’elle soit chaude. Excellente idée pour la douche, je n’y avais pas pensé !
    Guillaume, j’en suis au module 9. Est-ce qu’il y a un module sur les maladies des plantes du potager et comment y remédier ? Prévention et curatif
    Merci en tout cas, vos explications sont simples à comprendre et à appliquer.
    Christine

    Réponse
    • Bonjour et merci beaucoup pour votre message 😀
      Non, malheureusement j’ai pas eu le temps de faire ça encore ! Mais en gros ma stratégie est très simple : je ne traite jamais, avec rien. Je préfère contourner les problèmes : planter plusieurs séries par exemple comme avec les courgettes que je sème jusqu’à 3/4 fois par an : j’ai ainsi toujours de jeunes pieds productifs, et l’oidium n’est plus un problème…
      J’utilise aussi les filets anti insectes sur certaines cultures comme choux et poireaux 😉

      Réponse
      • Merci ! J’utilise purin d’orties pour arrosage et pulvérisation. Jamais de traitement chimique.
        Semer plusieurs fois par an, guère possible pour moi. Je n’ai pas suffisamment de temps.
        Je vais patienter jusqu’à vos prochains modules.
        Encore merci
        Christine

        Réponse
        • Et pourtant, semer plusieurs fois ne prend que quelques minutes ! Pour les courgettes par exemple, je sème directement mes 2/3 graines en terre, en prenant soin d’arroser un minimum, et c’est tout 😀 Cela me prend moins de temps que de faire justement des purins 😉 à tester ! Belle journée et merci à vous !

          Réponse
          • Guillaume, Vous semez, par exemple, des courgettes en terre à combien de temps d’intervalle ?
            Le purin d’ortie apporte quand même de l’azote lors des arrosages avec tous les 15 jours.
            Et on entend beaucoup parler de l’urine en ce moment, qu’en pensez-vous ?
            Bonne journée, cordialement

            Réponse
  4. Bonjour,
    Nous envisageons d’enterrer une cuve de récupération d’eau de pluie. Mais j’aimerais planter des choses au dessus. Quelle épaisseur de terre minimum dois-t-on compter pour que tout le monde soit content (cuves et plantes)?
    Je souhaite y mettre plutôt des plantes “auxiliaires ” type consoude, bourrache….
    Les plantes potagères seront dans des bacs en périphérie car la terre est vraiment sans vie dans la zone en question. (Aujourd’hui c’est encore du bitume)

    Réponse
    • Bonjour !
      Tout dépend des plantes que vous souhaitez installer. Pour le coup, ce serait l’occaison de créer une zone maigre pour attirer la biodiversité. Inka nous a réalisé un article dans notre revue pour le numéro de juillet/août dans lequel elle explique tout cela. Le réseau hortus a également un article sur le sujet: https://www.hortus-france.org/hotspot-maigre c’est très intéressant !
      Belle journée 🙂

      Réponse
  5. De notre côté, nous avons installé il y a quelques année une cuve gonflable de récupération des eaux de pluie dans notre vide sanitaire, capacité 5000 L. Une pompe nous permet d’arroser tout notre jardin. C’est un investissement que nous ne regrettons pas !

    Réponse
    • C’est vraiment top. On y réfléchi aussi, on manque toujours un peu d’eau l’été…

      Réponse
  6. Bonjour Guillaume.
    Tous vos modules sont très intéressants et bien expliqués.
    Je vous remercie beaucoup de nous les partager !
    Bonne continuation et bon jardinage à tous !

    Réponse
    • Merci beaucoup pour ce retour 😀

      Belle journée à vous !

      Réponse
  7. Bonjour Guillaume, quels genre de soin nécessitent ce genre d’irrigation ? merci d’avance

    Réponse
    • Bonjour 🙂

      Cela va dépendre de votre installation. Je n’avais pas les moyens en achetant mon irrigation, j’ai opté pour du T-tape qui est un modèle jetable (berk…) au bout de quelques saisons les goutteurs se bouchent et l’on doit remplacer les tuyaux. Néanmoins pour 100 € j’ai eu 500 m de tuyaux, de quoi tenir plusieurs saisons même si je remplace des tuyaux.

      Néanmoins, il existe des tuyaux beaucoup plus durables, avec des goutteurs remplaçables (souvent rouges). Ces goutteurs sont remplaçables, se bouchent moins, et sont donc plus durables. Il faudra de temps en temps en racheter, et avoir quelques goutteurs de remplacement, mais ils durent plus longtemps.

      Concernant l’hiver, il est recommandé de tout retirer et stocker hors gel pour plus de durabilité. Sur un potager de 50/100 m² c’est très rapide. Je laisse l’irrigation dans la serre par contre, car elle a besoin d’eau même l’hiver.

      Réponse
  8. Bonjour et une nouvelle fois merci pour ces modules
    J ajouterai à la liste de récupération d eau les brocs d eau sous la douche et à côté de la baignoire pour y mettre l eau froide avant l arrivée de l eau chaude ce dont des litres d’eau récupérés chaque jour 😉
    Belle journée

    Réponse
    • Super idée en effet !

      Réponse
    • Merci Christelle, super idée qui m’était totalement sortie de la tête. Je met ça en place dès aujourd’hui à la maison !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, créer un verger bio, sain et productif, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir l'extrait directement !

Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail. Vous recevrez également tous nos contenus gratuits : dossiers cadeaux, formation gratuite, entre autres ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre numéro arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier votre boite SPAM ou promotions.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂