Créer son potager en permaculture 3/17

Bonjour à tous et bienvenue dans ce troisième module, le dernier de notre premier grand thème. Bonne lecture ! 

 

 Module n°3 : les potagers autonomes et les plantes médicinales

 

En permaculture, on cherche à limiter nos efforts et à donner le plus d’autonomie à notre système. En ce sens, les potagers autonomes, ou potagers perpétuels sont très intéressants, même si les jardins-forêt sont les plus efficaces !

Cela dit, les jardins forêts peuvent prendre de la place si on souhaite une certaine diversité de plantes, et sur des parcelles vraiment petites, un potager paraît plus productif et plus varié. Rien n’empêche d’y ajouter des plantes vivaces, bien au contraire ! On peut créer facilement de mini-massifs composés de plusieurs strates de végétation ! Rémi Kulik a sorti une vidéo récemment, le défi était de créer un mini jardin-forêt sur un balcon. Le lien de la vidéo est ici : https://www.youtube.com/watch?v=ZBLADS4L5GQ

À chacun de voir selon ses objectifs ! 

Nous aborderons également les jardins médicinaux, très utiles pour réaliser des cueillettes de plantes utiles à votre organisme ! 

 

Les potagers autonomes

Un potager perpétuel ou autonome est un potager composé de plantes vivaces, ou de plantes perpétuelles, qui se ressèment toutes seules d’une année sur l’autre.

Pour rappel, une plante vivace est une plante qui vit plusieurs années de suite, le jardinier étant alors exempté de la nécessité d’effectuer de nouvelles plantations ou semis. À l’opposé de la plante vivace, il y a la plante annuelle qui effectue son cycle complet (de la graine à la graine) en une année. Les plantes annuelles nécessitent donc d’être semées et plantées chaque nouvelle saison, sauf celles qui se ressèment très facilement comme les laitues par exemple.

Ce qui est intéressant, c’est que de certaines plantes potagères annuelles ont un homologue vivace : oignons rocamboles, poireaux perpétuels, ou encore capucine tubéreuse…

Cependant, ce ne sont pas les mêmes plantes ! Si l’on prend l’exemple des oignons rocamboles, le rendement est si faible que si l’on veut atteindre une autonomie en oignon, il va falloir une surface conséquente pour produire autant d’oignons qu’en utilisant une variété classique. Ainsi, si vous possédez un petit jardin et que vous souhaitez une productivité élevée, miser sur un potager 100 % autonome peut se révéler être une solution peu adaptée. Sauf si vous disposez que de très peu de temps pour vous occuper du jardin ! Cette culture pourrait alors devenir intéressante à vos yeux. Cela dépend de vos objectifs. 

De nombreux légumes vivaces sont cependant très intéressants à avoir au potager, car en plus de leur caractère vivace, ils sont productifs : chou de Daubenton, capucine tubéreuse, Chénopode bon-Henri, livèche, oseille, poireaux perpétuels, haricot orteil du prêcheur, asperge, artichaut, chayotte (vivace dans le sud, mais à protéger l’hiver, car elle peut repartir de la base)…

Nous vous donnerons une liste de légumes vivaces dans le dernier module !

 

La chayotte est une super plante. Elle peut produire plusieurs dizaines de kilos de fruits par pied, et ces derniers se conservent tout l’hiver. Si votre climat n’est pas trop frais, elle repartira de la base tous les ans. 

Le chou Daubenton produit une abondance de feuilles comestibles, se bouture/marcotte facilement, est peu ravagé…

La livèche ressort tous les ans, produit une abondance de feuilles que l’on peut transformer, offre une belle floraison utile aux insectes…

Le poireau vivace est disponible de l’automne à la fin du printemps, offre une belle productivité et se multiplie tout seul.

 

Il faut savoir que les légumes perpétuels sont assez difficiles à trouver, car les pépinières sont souvent prises d’assaut au moment de la mise en vente. Pour être sûr d’en avoir, la plupart des sites proposent de se mettre une alerte mail dès que le produit est disponible. On peut aussi en trouver en échangeant avec d’autres jardiniers, notamment sur les forums internet ou les foires aux plants, bien que les légumes perpétuels soient souvent rares dans ce genre de foire.

Si vous êtes prêt à modifier votre régime alimentaire, vous pouvez  par ailleurs vous nourrir quasi exclusivement de plantes vivaces : c’est l’exemple que nous offrent les forêts-jardin ! Néanmoins, sachez que cela modifiera votre régime alimentaire : les légumes tels qu’on les connaît sont pour la plupart annuels ou bisannuels.

On peut par exemple réaliser de la farine de châtaigne, consommer des fruits à baies, des champignons, de la chayotte à la place des courgettes, bien que la chayotte arrive à maturité plus tardivement, etc. On peut également manger les jeunes pousses de feuilles d’arbres comme le chêne, le tilleul, le bouleau…

Aussi, pour réduire le temps passé au jardin tout en augmentant notre autonomie alimentaire, vous pouvez cultiver davantage de fruits que de légumes : cela fait gagner un temps fou ! C’est encore une fois ce que proposent les forêts-jardins : une multitude de plantes vivaces disponible toute l’année. Le potager viendra compléter cet apport, avec des plantes que l’on adore généralement : courgette, tomate, et autres légumes. 

Plus de fruits = moins de travail mais plus d’autonomie !

 

Pour plus d’informations sur ce mode de vie, visitez le site de Permaforêt qui pratique la « paraculture ».

https://www.permaforet.org/

https://permaforet.blogspot.com/

Parmi les plantes vivaces ou perpétuelles, il est intéressant de se construire au fil de l’eau un potager d’aromatique. En effet, de nombreuses plantes aromatiques sont vivaces, ou ont un homologue vivace :

 

  • Le persil existe en vivace, il s’agit du persil Mitsuba, ou persil japonais.
  • Le cerfeuil : le cerfeuil musqué est vivace. Son goût est anisé.
  • Le gingembre japonais se garde bien au jardin, il résiste à -20° et on en consomme les boutons floraux. Dans le sud de la France, il est envisageable de conserver du vrai gingembre en pleine terre, à condition de bien le protéger en hiver.
  • Le basilic : il existe un basilic vivace, mais peu rustique, nous le gardons en véranda :Occimum kilimandjaricum
  • Le thym, romarin, estragon, sarriette sont des plantes vivaces.

La sarriette est très aromatique et offre une floraison utile aux pollinisateurs

  • La livèche remplace les feuilles de céleri.
  • La coriandre vietnamienne.
  • Il en existe plein d’autres ! 

Alors, tenté par la création d’un potager autonome ? 😊 N’hésitez pas à poser vos questions !

 

Passons maintenant au jardin médicinal. 

Un jardin médicinal ?

Les plantes médicinales ont toutes leur place dans un jardin permacole. En effet, la plupart d’entre elles, en plus d’améliorer votre santé, auront des effets bénéfiques sur votre potager. Elles attirent souvent de nombreux insectes auxiliaires, notamment en raison de leur floraison.

Certaines jouent le rôle de plante martyre, comme la livèche qui attire quantité de pucerons en début de saison, ce qui permet aux prédateurs comme la coccinelle et ses larves de se restaurer et de se multiplier rapidement. Lorsque la livèche sera nettoyée de ses pucerons, les prédateurs seront nombreux et renforcés : ils iront protéger vos cultures !

Vous pouvez donc tout à fait installer des plantes médicinales directement au potager. Dans le nôtre, nous cultivons 20 à 25% de nos planches de cultures avec des plantes vivaces et médicinales. Tous les 4 à 5 m dans le potager, nous avons donc une planche remplie de plantes utiles pour nous, humains, et pour la biodiversité ! 😊

Sur ces planches, n’oubliez pas de créer ces petits tas de pierres ou de brindilles pour offrir le gîte aux auxiliaires !

On peut également installer des plantes médicinales annuelles comme la camomille, au milieu des cultures. Ces plantes ajoutent quelque chose de magique et de splendide dans un jardin. Adoptez-les, apprenez leurs propriétés, et soignez vos petits maux grâce à elles ! 

Et proche de la maison ? 

Le potager peut donc accueillir des plantes vivaces et aromatiques, mais il peut aussi être intéressant d’ajouter un petit jardin de ces plantes près de la maison, comme celui que nous vous avons montré dans le module 1

Des plantes aromatiques plus proche de la cuisine seront plus souvent utilisées ! De même pour les tisanes d’herbes fraîches, etc.

Ici les formes arrondies ou les mandalas seront très esthétiques et ne poseront pas de “problèmes” comme ceux évoqués dans le module précédent (gestion des filets, irrigation…). En effet, les plantes vivaces demandent beaucoup moins d’entretien : un petit désherbage tous les ans si la surface reste bien paillée.

Quel paillage pour ce type de jardin ? 

L’avantage des plantes vivaces, c’est que l’on peut utiliser des paillage très grossiers et très riches en carbone sans être trop ennuyé. Nous verrons les effets des différents paillage dans un futur module. Vous gagnerez du temps en paillant avec des matières grossières, branches à peine coupées, feuilles et tiges de bambous, etc. Ces paillages se décomposent très lentement et occultent bien le sol, ce qui empêche la levée des adventices. L’entretien est alors minime.

Alors, allez-vous concevoir un jardin-forêt, un potager vivace, ou encore un jardin médicinal ? 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser juste en dessous, ou sur notre groupe privé d’entraide sur Facebook ! 

Dans les modules qui suivent, nous nous attaquerons au deuxième grand thème de notre programme, et pas des moindres : nous découvrirons ce qu’est le sol, et comment travailler avec lui ! 😀 

A demain, donc 😊

21 Commentaires

  1. De mon côté, j’ai attaqué la construction d’une spirale d’aromatiques. Hâte de la terminer !!
    Merci pour tous ces bons conseils… et toutes ces idées inspirantes à piocher !

    Réponse
    • Top ! C’est très sympa les spirales 😉

      Réponse
  2. Bonjour,

    Où peut-on se fournir en graines de légumes et aromatiques vivaces ?

    Réponse
    • Bonjour Raph,
      J’ai acquis la majorité de mes plantes vivaces sur les sites Beaumaux et Sainte Marthe, mais vous en trouverez ailleurs ! Le plus simple est de taper sur google la variété que vous voulez avec les mots clés graines ou plants, vous trouverez les sites en question 🙂
      Bonne journée !

      Réponse
  3. Ce troisième module est très enrichissant avec des exemples très complets à chaque chapitre. J’aurais une question, est il compatible de créer des zones différentes dans un potager pour concevoir un jardin forêt avec un potager vivace et un jardin médicinal. A ce moment peut -on se référencer aux zones du module n°2 ou faut il plutôt penser aux situations géographiques Nord sud est ouest. Je me demande ce qui est préférable : placer les plantes médicinales et aromatiques pres de la cuisine et les vivaces et annuelles au potager ? Je suis perdue car le basilic est bon pour les plants de tomates le romarin en répulsif… je crois ? Ou il faut en mettre partout …. et étaler ses plantation je crains que cela soit très brouillon à mon goût. Bref, pas facile dans la conception j’avoue ! Au plus je suis la formation et les questions s’accumulent ! Help c’est normal….😅

    Réponse
    • Merci Katia !
      Tout à fait, en fait on peut faire ce que l’on veut tant que les plantes auront de quoi se nourrir, de la lumière, et de l’eau ! Si c’est pratique au quotidien, c’est encore mieux.
      Pour les zones, je dirais que ca dépend de la taille de votre jardin. Mais on peut complètement agencer les deux éléments ensemble. À ce titre, le potager est généralement situé au sud du jaridn forêt, à sa lisière, et avance au fil de la croissance des arbres, au même titre qu’une forêt avance sur une prairie. Un des principes de permaculture est aussi de favoriser la succession écologique et d’amener les écosystèmes vers un stade plus avancé que la simple prairie.
      Pour les emplacements ‘près de la cuisine’, etc, c’est vraiment vous qui voyez. Moi je n’utilise pas trop les histoires de plantes répulsives etc, mes seuls “gros” ravageurs sont : les rat taupiers, les mouche des alliacées et papillons sur choux. Ca se gère au filet anti insectes… Le reste, peu de souci… Donc je ne peut pas trop vous répondre, j’ai envie de dire : faite comme le souhaitez 🙂

      Réponse
  4. Merci beaucoup, toujours aussi intéressant, je découvre le principe de « jardin forêt » qui pourrait peut être mieux convenir à notre environnement. J’ai planté des poireaux perpétuels à l.automne dernier mais je ne sais pas à quel moment les récolter ? Hâte du prochain module.

    Réponse
    • Dès qu’ils sont assez gros vous pouvez les cueillir 🙂
      En effet, jardin forêt c’est très intéressant !
      MErci pour ce retour et bonne journée 🙂

      Réponse
  5. Ce 3eme cours est à nouveau passionnant. On a pensé à mon petit balcon… C’est très sympa. Je vais créer une mini forêt jardin grâce à Remy. Merci Guillaume 😄

    Réponse
    • Je l’ai modifié la veille pour ajouter un petit quelque chose pour vous 🙂
      Bonne journée !

      Réponse
  6. Entre hier et aujourd’hui.hui nos connaissances et notre motivation ont fait un bond ! Et C’est passionnant, merci Guillaume !

    Réponse
    • Merci Marie, je suis super content !

      Réponse
  7. Bonjour,

    Merci pour tout ces bons conseils qui sont super stimulant.
    Avez vous des adresses à nous conseiller pour se procurer des graines de plantes vivaces?
    Merci et hate de découvrir la suite de la formation.

    Réponse
    • Merci Camille ! Niveau adresse, c’est compliqué… Les pépiniéristes sont prit d’assaut et ne proposent pas toutes ces plantes au même moment de l’année. J’ai commandé la majeure partie de mes légumes vivaces chez Beaumaux et Sainte Marthe. Mais c’est un peu cher, il faut le reconnaître…..

      Réponse
  8. Bonjour, et merci pour ce 3ème module toujours aussi passionnant !
    J’ai très envie de tester le persil vivace « mitsuba », son goût est-il proche du persil commun ?
    Je teste cette année les haricots orteil du prêcheur, hâte de vous faire un retour !

    Réponse
    • Pas tout à fait le même goût non, c’est différent, un peu plus amer. Rien ne remplace notre vrai persil à mon goût ! 🙂 Je suis fan de cette aromatiques !

      Réponse
  9. Bonjour Guillaume et à tous
    Merci cela donne envie de créer !!!

    Réponse
    • Bonjour
      Tres surprenant le jardin forêt ! Je ne connaissais pas. Je découvre aussi ces légumes vivaces comme le chou Daubanton: à t il un goût de chou ?
      Je suis bien tentée aussi par un petit carré de plantes médicinales. A réfléchir……
      Merci pour toutes ces découvertes

      Réponse
      • Il a un goût de chou oui, tout a fait ! Faut pas hésiter, c’est top toutes ces plantes… J’aime tellement aller au jardin et revenir avec pleins d’odeurs différentes dans les mains !

        Réponse
        • Bonjour Guillaume, merci pour ce module très intéressant. En effet multiplier les plantes vivaces et médicales est un objectif que nous avons. Le jardin comprend déjà du romarin qui est plus beau chaque année. De la lavande, du thym, de la menthe ect.. J’ai aussi depuis peu pris l’habitude de rechercher le nom et les propriétés des plantes dits adventices dans le jardin. J’ai découvert par exemple la mauve petite fleur qui pousse au milieu de l’herbe et maintenant je la déguste. Je répertorie chaque plante dans un petit livret que je me suis fait. Quand on prend le temps de s’y intéresser c’est dingue tout ce que la nature nous offre.

          Réponse
    • Merci Christelle 😀

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, créer un verger bio, sain et productif, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre numéro arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂

C'est parti pour l'inscription !

Pour vous inscrire, il vous suffit de nous adresser votre mail, nous vous enverrons toutes les infos par mail.

C'est bon pour nous, vous êtes bien enregistré, vous pouvez regarder vos mails d'ici 15 mn :)

Indiquez votre adresse mail pour recevoir l'extrait directement !

Cultivez votre quotidien et gagnez en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre numéro arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier votre boite SPAM ou promotions.

C'est parti pour l'inscription !

Pour vous inscrire, il vous suffit de nous adresser votre mail pour que nous puissions vous envoyer le sommaire avec tous les modules. Suite à l'inscription, vous recevrez un mail de confirmation dans lequel nous expliquerons tout en détail !

C'est bon pour nous, vous pouvez consulter vos e-mails d'ici 15 mn, vous y trouverez toutes les informations utiles pour démarrer le programme ! Pensez à vérifier vos boîtes promotions ou SPAM.