fbpx

En début de saison, certaines cultures et certains plants ont du mal à décoller… Pourtant, notre impatience de les voir grossir, elle, augmente de jour en jour ! Il est alors possible de construire un châssis, facilement et rapidement, afin de forcer la croissance de nos cultures. C’est intéressant quand les réserves de légumes commencent à s’amenuiser.

Un châssis est une structure généralement réalisée avec un coffrage en bois et une couverture : des vitres, du plexiglas, ou encore des voiles sur le dessus. Le but est de créer un micro climat favorable pour nos jeunes pousses !

Augmenter la température, mais pas trop !

Cette méthode permet d’augmenter la température moyenne, de l’air et du sol, à l’intérieur du châssis. Ce réchauffement du sol permet de stimuler l’activité biologique et de rendre certains nutriments biodisponibles.

Le réchauffement de l’air, lui, va permettre à la plante d’atteindre plus rapidement sa température optimale de croissance. Attention néanmoins : une surchauffe n’est pas non plus la bienvenue. Nous avons pu mesurer, dans des châssis sous serre en janvier, environ 40 degrés en plein soleil. Cette température est totalement néfaste pour les cultures !

Il faudra ainsi veiller à bien aérer le châssis les jours ensoleillés. Pour cette raison, nous aimons bien utiliser les châssis sous serre, car on bénéficie alors d’une double protection : la serre et le châssis.

On peut ainsi laisser ouvert le châssis toute la journée, même lorsque l’on est au travail, dès que la météo annonce du soleil. Il suffira, si l’on souhaite bénéficier de l’isolation que procure la structure, de refermer
notre châssis le soir, notamment lorsque du gel est annoncé. Ces soirs-là, un « paillasson » (une couverture, un voile, une paillasse ou autre), pourra être installé sur la vitre du dessus pour garantir une meilleure isolation.

Gérer un châssis demande au jardinier d’arbitrer

entre humidité, air, chaleur et luminosité.

Si vous vous absentez, pensez donc à laisser ouvert le châssis : mieux vaut perdre en précocité que perdre ses plants tout court ! Toutes ces précautions n’ont pas de caractère obligatoire, mais vous pourrez juger de la différence de précocité entre un châssis surveillé quotidiennement et un châssis oublié régulièrement : on perd alors quelques semaines de précocité.
Faites l’expérience ! 😉

Comment créer un châssis ? Châssis temporaires Vs. châssis permanents.

Nous avons une préférence pour les châssis temporaires. À l’opposé des châssis « permanents », construits avec un coffrage en bois assez lourd et difficile à transporter, les châssis temporaires sont réalisés avec des bords en broyat, en paille, en rondins de bois ou autre matériau facilement déplaçable. Du matériau utilisé dépendra l’isolation de votre châssis : les rondins de bois laissent toujours passer un peu d’air par exemple, à moins de réaliser un petit enduit en argile/terre de jardin.

Un exemple de châssis permanent :

Exemples de châssis temporaires :

Solution express : une vitre posée sur des briques.

Des châssis réalisés en paille. L’un avec une vitre, l’autre avec des arceaux et un voile.

Avec ces châssis temporaires, lorsque votre forçage est terminé, vous pouvez enlever la vitre, étaler le broyat ou la paille qui en constituait les murs, et c’est parti pour une nouvelle culture ! Néanmoins, il est possible de créer un châssis permanent, et de s’en servir tout au long de l’année. Nous vous en parlons en fin d’article.

Pour créer votre châssis, vous devrez donc choisir vos matériaux. Si vous souhaitez un temps de construction rapide, nous vous conseillons le châssis temporaire. Si vous avez l’âme d’un bricoleur, et/ou du temps devant vous, dirigez-vous vers le châssis permanent, qui vous fera gagner du temps les années suivantes.

Cet article vous plaît ? Nous vous offrons un peu de lecture supplémentaire au travers d’un extrait gratuit de notre revue numérique 

Le bon matériau pour construire votre châssis

Pour réaliser votre châssis, vous aurez besoin d’un peu de matériau. La meilleure façon de faire son châssis est d’aller en déchetterie pour récupérer de vieilles vitres, fenêtres, afin de réaliser le toit. Vous pourrez même, avec un peu de chance, récupérer le bois nécessaire pour faire les murs.

Dans le cas d’un châssis temporaire, des bottes de paille, de la terre ou du broyat feront l’affaire pour les murs. Essayez d’utiliser du bois non traité pour ne pas contaminer le sol du potager.

Vous pouvez également imaginer créer des murs en pierres : l’inertie sera meilleure, mais la construction sera plus fastidieuse.

Enfin, si vous ne disposez pas de vitre, sachez qu’il est possible d’utiliser des arceaux avec un voile de forçage : un peu moins efficace, mais fonctionne tout de même bien !

Si vous avez des problèmes de rongeurs, installez sous votre châssis un grillage à maille très fine que vous ferez remonter jusqu’aux bords intérieurs ou extérieurs. Une fois ce grillage fixé, votre châssis sera rongeurs-proof !

Quelles dimensions pour mon châssis ?

La dimension de votre châssis doit dépendre de vos besoins, mais elle sera tributaire de la dimension des vitres que vous trouverez si vous choisissez cette solution.

Pensez simplement à ne pas le faire trop large, afin de pouvoir y travailler facilement sans avoir à rentrer dedans !

Pour cela, une largeur de 80 cm conviendra parfaitement.

La longueur, elle, dépendra de vos besoins.

En hauteur, 40 cm au sud et 60/70 cm au nord conviennent. S vous ne pouvez pas surélever la façade nord du châssis, ça n’est pas très grave 😉

Une couche chaude dans mon châssis ?

Pourquoi une couche chaude ?

La réalisation d’une couche chaude permet d’augmenter encore plus la précocité des récoltes, ou d’offrir un meilleur environnement à vos plants si vous ne disposez pas d’un ensoleillement suffisant en intérieur. La couche chaude favorise en effet l’émergence d’un microclimat favorable aux cultures, avant l’arrivée de la belle saison.
La couche chaude est une vieille technique de jardinage consistant à utiliser du fumier frais en bonne quantité, tassé et humidifié, afin de provoquer un échauffement du milieu, grâce à l’activité biologique. C’est le même principe que pour le compost : si l’on réalise un gros tas en une seule fois, sa température va augmenter fortement, permettant d’assainir le compost en détruisant les pathogènes et les graines d’adventices. Ainsi, avec votre couche chaude, vous offrez à vos semis ou à vos plants de la chaleur sans chauffage électrique ou à gaz !

Comment réaliser ma couche chaude ?

La couche chaude doit donc être réalisée à l’intérieur du châssis.

En matière de conception, nous recommandons le châssis en botte de paille : cette dernière est très isolante et retiendra donc mieux la chaleur. Vous pouvez néanmoins le réaliser avec un coffrage en bois. Pensez à décaisser suffisamment le sol pour contenir 60 à 80 cm de fumier + la hauteur de vos plants.

Voilà comment vous pouvez procéder :

• disposez les bottes de paille sur la tranche, après avoir décaissé le sol d’une vingtaine de centimètres.

• Une fois la structure formée, vous pouvez remplir de fumier frais de cheval, mouton ou vache par exemple et arroser.

Le fumier de cheval est celui qui chauffe le plus : jusqu’à plus de 70 degrés les jours suivants la réalisation de la couche chaude ! Heureusement, la température redescend rapidement et se stabilise au bout de quelques jours.
Le fumier de bovin chauffe moins fort, mais la chauffe dure plus longtemps. À vous de voir selon vos possibilités.

Pas de fumier disponible ? Vous pouvez réaliser votre couche chaude avec des matières végétales : mélange de tonte (matière verte, azotée, pour assurer la chauffe) avec de la paille ou du foin par exemple (matière brune, carbonée).

Par-dessus la couche chaude, voici deux solutions envisageables :

Si vous souhaitez semer directement dans votre couche chaude pour faire une pépinière de légumes, vous pouvez placer une couche de 10 à 20 cm de terre. Il conviendra ensuite de déplacer vos plants à l’emplacement définitif où vous souhaitez les faire grandir. Si vous semez des légumes destinés à rester en place, comme des carottes ou des laitues, vous n’aurez rien de plus à faire.

Si vous souhaitez réaliser des plans en pots, vous pouvez les placer directement sur la fumure. Dans les deux cas, attendez que la chaleur se soit stabilisée après quelques jours. Enfin, n’oubliez pas de remettre votre vitrage, que vous pouvez maintenir entrouvert pour éviter les surchauffes et favoriser la circulation de l’air.

Comment exploiter son châssis tout au long de l’année ?

Si vous choisissez de réaliser un châssis permanent, sachez qu’il est tout à fait possible d’y cultiver des plantes toute l’année. Un châssis en paille pourra également durer deux à trois saisons (surtout s’il est sous serre, protégé des intempéries) !

Châssis avec couche chaude

Voici quelques suggestions d’utilisations d’un châssis tout au long de l’année, avec la réalisation d’une couche chaude en hiver, piochées dans un ancien numéro de Terre vivante (article de Josiane Goepfert) :

• En février ou mars selon votre climat, réalisez une couche chaude et semez vos légumes d’été en pots, dans le châssis. En avril sous serre, ou mai en extérieur, vous pouvez planter vos légumes d’été.

Avec la couche chaude, les plants sont protégés du froid !

• En mai, melon, pastèque, concombre pourront être semés directement dans le reste de couche chaude (dans une poignée de terre de jardin) : les matériaux de la couche chaude forment un excellent compost ! Vous pourrez utiliser les bords du châssis pour créer un peu d’ombre si la chaleur est trop intense. Cela permettra de conserver les pieds des fruits ou légumes au frais. Pour ce faire, disposer une paillasse sur la vitre à moitié ouverte. Si vous n’ombragez pas l’intérieur de votre châssis, il n’est pas nécessaire d’utiliser le toit l’été.

• En automne, quand les fruits et légumes précédents auront été récoltés en intégralité, vous pourrez planter les radis, laitues ou autres verdures dans votre châssis. Elles apprécieront le microclimat et pourront être récoltées durant l’hiver. En fin d’hiver, vous pourrez recommencer l’opération et lancer de nouvelles cultures !

Châssis sans couche chaude

Dans votre châssis sans couche chaude, en mars, vous pourrez semer des carottes, des radis ou encore des laitues. Vous obtiendrez alors rapidement des récoltes ! Au printemps, utilisez des variétés précoces pour des récoltes plus rapides. Une fois vos légumes récoltés, vous pouvez enchaîner avec des légumes d’été, des courgettes par exemple. À partir d’août, voire septembre, si votre pied de courgette commence à faiblir : coupez-le à la base, utilisez-le en paillage au jardin, et semez de la mâche, des épinards, ou une autre verdure d’automne/hiver dans votre châssis.

Conclusion

Le châssis est un formidable outil à installer pour augmenter les périodes de récoltes au jardin. Il permet en effet à la fois d’accélérer les cultures au printemps, et de les prolonger en automne ! Néanmoins, c’est un travail de plus à réaliser, ce sera donc à vous d’arbitrer sur la pertinence de sa mise en place !

Maintenant que vous en savez un peu plus sur la construction d’un châssis, n’hésitez pas à consulter nos autres articles, ou à poser vos questions en commentaire 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, créer un verger bio, sain et productif, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir l'extrait directement !

Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail. Vous recevrez également tous nos contenus gratuits : dossiers cadeaux, formation gratuite, entre autres ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre numéro arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier votre boite SPAM ou promotions.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail

Vous recevrez immédiatement le contenu de la formation par mail. Bonne lecture ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, les modules de la formation arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Nous vous offrons notre dossier sur les associations de culture au potager ! Pour le recevoir, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir le calendrier des semis immédiatement !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre numéro arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier votre boite SPAM ou promotions.

Recevez notre guide directement par mail

Pour cela, il suffit de vous inscrire ci-dessous. A tout de suite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This