Faut-il nourrir les oiseaux en hiver ? 

par | 12 Jan 2024

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossiers thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

Vous souhaitez en savoir plus ? Lire un extrait ? Cliquez ici 😉🌱

Fermons la parenthèse, nous vous souhaitons une bonne lecture !

Presque un oiseau sur cinq est menacé d’extinction en Europe. Ces chiffres ont été publiés en 2021 dans le rapport sur la liste rouge européenne des oiseaux menacés réalisé par l’ONG Birdlife. Pour sauvegarder la diversité parmi les espèces volantes, on est souvent tenté de les nourrir en hiver. Cette pratique a des bénéfices, mais aussi des inconvénients, nous allons essayer de les aborder ensemble.

Cet article est issu du numéro 17 de notre revue, n’hésitez pas à vous abonner pour en lire davantage. Nourrir ou pas les oiseaux en hiver, on vous dit tout !

Un manque grandissant de nourriture

Il faut faire des friches.” Didier Renson, membre de la LPO Corrèze (que nous avions interviewé dans le numéro 16 de la revue) plaide un retour à des îlots de nature pour le bien-être des oiseaux. Les jardins des particuliers sont souvent tout propres, sans herbe haute ni arbre mort. Pourtant, ce sont ces habitats-là qui sont indispensables pour sauvegarder les volatiles. Beaucoup d’oiseaux consomment des insectes au moment de leur reproduction, puis des graines au cours des mois les plus froids. Les haies et les graminées offrent de la nourriture de choix pour les oiseaux. 

Sittelle torchepot graine
En nourrissant les oiseaux en hiver, cela vous permet de les observer de plus près. ici une Sittelle torchepot.

Pour pallier la disparition de ces espaces, beaucoup sont tentés de nourrir les oiseaux, parfois à raison. En France, on estime qu’environ 20% des habitants remplissent des mangeoires sur le balcon ou dans le jardin. Ça parait beaucoup ? Aux États-Unis, ce serait près de 50% de la population qui nourrirait les oiseaux et en Angleterre jusqu’à 70% des habitants.

Connaître pour mieux protéger

Lorsque l’on nourrit les oiseaux, cela permet aussi de les observer. Les oiseaux peuvent parfois être timides quelques jours, mais rapidement ils colonisent les mangeoires. “C’est aussi un agrément de nourrir parce qu’on peut les observer et quand on connaît, on aime plus et on protège” assure Didier convaincu. De nombreuses espèces sont attirées par cette nourriture facilement accessible lorsque le gel fait son apparition en hiver. “L’hiver, les mésanges qui sont en altitude descendent un peu. On peut par exemple observer des mésanges huppées et noires, plutôt occasionnelles à la belle saison en basse Corrèze. Si on a de la chance, on peut aussi contempler des tarins des aulnes, des pinsons du nord (en hivernage), des chardonnerets ou gros becs qui sont en général plus discrets.

chardonneret elegant tournesol
En laissant les tournesols sur pieds, vous pourrez peut-être observer le ballet des somptueux chardonnerets élégants qui s’en donnent à cœur joie.

Comment nourrir les oiseaux ?

Lorsqu’on nourrit les oiseaux, on privilégie souvent quelques espèces qui n’auraient pas forcément survécu.” En mettant à disposition de la nourriture «open-bar» cela peut avoir des répercussions importantes sur les espèces. “On nourrit exclusivement avec des graines de tournesol bio” explique l’ornithologue. Il ajoute qu’il n’y a aucun gâchis : “ce qui  tombe au sol est mangé par d’autres espèces soit insectivores, soit incapables d’ouvrir ces graines assez coriaces”. Les rouges-gorges en font partie. 

Les oiseaux ne sont généralement pas très difficiles. Il leur faut juste des graines bio, non salées, non grillées. Le passionné d’oiseaux conseille par ailleurs d’éviter les boules de graisse, surtout si ce sont des graisses issues d’une filière animale. Évitons d’utiliser des boules dans les filets, cause de mortalité par étranglement des oiseaux qui veulent les utiliser plus tard pour la confection de leurs nids. Il complète en ajoutant “il faut oublier le pain, ce n’est pas bon pour les oiseaux, c’est même une catastrophe. Sec et salé, il assèche les voies digestives”.

Concernant la façon de nourrir, vous pouvez le faire dans une mangeoire en hauteur, bien à l’abri des chats et autres prédateurs. 

mangeoire oiseaux
En hiver, pensez à avoir des mangeoires couvertes, cela permet d’éviter que les graines moisissent trop vite.

C’est bien de nourrir sur une planche surélevée et toujours dans un endroit dégagé. Là tout le monde vient, on peut observer jusqu’à une quinzaine d’espèces en hiver.” Pensez à renouveler régulièrement les graines si elles ne sont pas abritées : elles risquent de moisir et des parasites pourraient s’y développer. Un nettoyage régulier est de rigueur. Il est utile de changer de temps à autre les lieux de nourrissage de façon à ne pas concentrer les déchets au même endroit. Et d’éviter ainsi le risque de transmission de zoonoses.

Quand nourrir les oiseaux ?

Nourrir ou ne pas nourrir, c’est un grand débat.” Didier Renson commence à remplir ses mangeoires dès les premiers gels, lorsque les insectes disparaissent. “Une fois qu’on a commencé à nourrir, on rend les oiseaux dépendants, il faut donc continuer jusqu’à la fin de l’hiver sinon les oiseaux risquent de se trouver en situation difficile, obligés qu’ils sont de rechercher des sources d’alimentation bien plus rares en cette saison.” 

Ce paramètre est très important à prendre en compte lorsqu’on donne à manger à des animaux sauvages. Même si c’est pour leur bien, cela peut s’avérer être à double tranchant.

Grive musicienne pyracantha
Pensez à installer des buissons à baies pour les oiseaux. Ici une grive litorne se régale de baies de Pyracantha.

Un risque d’affaiblir les espèces

Bien nourris, les oiseaux perdent vite l’habitude de devoir trouver leur nourriture. Au fil des générations alimentées, on remarque souvent l’augmentation du besoin d’assistance de la part des oiseaux. De plus, nourrir les oiseaux aurait des répercussions sur la fréquence des chants nuptiaux. 

Le site spécialisé Ornithomedia cite plusieurs études concordantes selon lesquelles “les mâles qui avaient accès à une source de nourriture supplémentaire démarraient leur chant nuptial plus tard le matin que les autres, ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur leurs chances de se reproduire. Ces chercheurs conseillent donc d’arrêter de nourrir les oiseaux dès la fin du mois de mars.

nourrir mesange bleu pomme

En hiver, pensez aussi aux fruits : certaines espèces adorent ça, alors déposez vos fruits abîmés en chapelet sur une branche… Ils feront des heureux !
Crédits photos : Nini Maass

On peut aussi lire dans cette même étude que les populations de mésanges nourries pondent plus tôt dans la saison et moins longtemps que sans l’intervention des chercheurs. Le nombre d’œufs moyen par portée serait aussi moins nombreux. Cela s’explique par le fait que ces oiseaux granivores en hiver ont besoin d’insectes pour assurer leur cycle reproducteur. En nourrissant tardivement d’un régime alimentaire qui n’est pas adapté, on peut mettre en péril ces espèces. 

Il faut donc être vigilant et nourrir les oiseaux uniquement lorsque c’est nécessaire, toujours en gardant en tête que l’on interagit avec des espèces sauvages.

mesange bleue chenille
À la fin de l’hiver, lorsque les oiseaux commencent à pondre, leur régime alimentaire est naturellement constitué de protéines que l’on ne retrouve pas dans les graines des mangeoires.

Nourrir les oiseaux : un vecteur de transmission de maladies ?

En installant des mangeoires au jardin, comme l’explique Didier, cela attire un grand nombre d’espèces d’oiseaux qui n’ont pas forcément l’habitude de cohabiter. Malheureusement, ce brassage social chez les oiseaux peut entraîner la transmission des pathologies et des parasites entre les espèces.

Sur son site, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs québécois recommande de «cesser temporairement de nourrir les oiseaux lorsque vous en observez qui sont malades ou morts à vos mangeoires. Vous devrez alors désinfecter ces mangeoires et jeter les graines qu’elles contenaient.” 
Les oiseaux habitués aux mangeoires ne sont pas les plus sujets aux transmissions de maladies. En revanche, les oiseaux aquatiques comme les canards, les oies et les goélands sont porteurs de certains virus comme certaines formes de grippe aviaire. Pensez à vous laver les mains lorsque vous nettoyez les mangeoires et objets souillés par des fientes. 

Les oiseaux peuvent aussi transmettre certaines maladies aux humains, notamment la salmonellose. Cela dit, les cas de transmission restent très rares. Si une mortalité apparaît autour des mangeoires, il est utile d’avertir l’OFB ou la LPO locale afin de signaler la présence d’un foyer d’infection. Les pinsons et les verdiers en sont les principales victimes.

nourrir mesange bleue et nonette

Trop d’individus qui fréquentent la même mangeoire et cela peut transmettre des maladies. Cela dit, ça reste rare. 

Un bouleversement à de nombreux étages

Le nourrissage des oiseaux entraîne un remodelage de leurs habitudes. Une étude publiée dans la revue Nature montre en effet plusieurs comportements inquiétants suite au nourrissage des volatiles sauvages. 

En Angleterre, certaines espèces comme l’étourneau sansonnet ou le moineau domestique ont vu leur population nettement augmenter dans les lieux où ils étaient nourris. D’autres espèces qui auraient moins de facilités à se nourrir aux mangeoires verraient leur population diminuer. Depuis déjà deux décennies, les perruches à collier s’installent principalement dans les parcs des grandes villes. Elles sont l’une des espèces les plus favorisées par le nourrissage, au détriment des espèces autochtones. Elles sont plus grosses et plus agressives envers les autres oiseaux que nos espèces autochtones qu’elles chassent souvent des lieux de nourrissage.

Cependant, une étude publiée en 2020 met en avant que “D’après les recherches effectuées par le Muséum National d’Histoire Naturelle, la perruche à collier n’a pour le moment pas d’effet plus impactant sur les espèces de passereaux que les pies ou les autres espèces du même gabarit”, explique Emma Orban de la Ligue pour la Protection des Oiseaux d’Île-de-France, contactée par 30millionsdamis.fr “La perruche à collier n’est pas à l’origine d’une concurrence mettant en danger les populations d’oiseaux d’espèces indigènes. Elle est donc une pie comme les autres, ni plus ni moins !”, plaisantent les chercheurs. Bonne nouvelle donc pour nos protégés à plumes. 

perruche a colier mangeoire

Certaines exotiques se sont acclimatées sous nos latitudes. Les perruches à collier se comportent comme les pies…

Le nourrissage peut aussi entraîner le changement de la route migratoire d’espèces voyageuses. Certains oiseaux migrateurs d’Europe centrale détournent leur trajet habituellement par la méditerranée en passant par le Royaume-Uni où la nourriture facilement accessible est en plus grande quantité. Ce type de changement de comportement participe à l’affaiblissement de certains migrateurs.

Des conditions particulières

Nous nous sommes un peu fait l’avocat du diable, mais nourrir les oiseaux ne fait pas que leur rendre service. Cependant, mettre à disposition des graines brutes comme le tournesol permet à de nombreuses espèces de survivre aux hivers difficiles. Les années où l’on connaît un redoux suivi de froid tardif est souvent dévastateur pour les oiseaux. En ayant accès à de la nourriture, ils augmenteront nettement leurs chances de survie.

Autre cas particulier, lorsque les oiseaux migrateurs remontent au printemps. Ils arrivent ainsi en nombre et créent une forte pression sur les espèces sédentaires. Il peut donc être intéressant de nourrir les oiseaux jusqu’à la réapparition des insectes, dès que le gel disparaît. Les volatiles peuvent donc désormais s’alimenter sans notre aide.

Aménager son jardin pour les oiseaux

Selon la place que vous avez au jardin, vous pouvez installer des plantes pour la biodiversité. Didier Renson conseille de planter des haies diversifiées. Il cite par exemple le prunellier, et l’aubépine qui sont des sources de nourriture en baies et en insectes pour les oiseaux. “Le pyracantha et le cotoneaster sont exotiques, mais les oiseaux raffolent de leurs baies” ajoute l’ornithologue de la LPO. En installant des haies et des zones réservées à la biodiversité, vous pourrez ainsi prodiguer une alimentation variée et naturelle aux oiseaux. Vous pouvez aussi installer des hôtels à insectes (ou n’importe quel aménagement pour les insectes) dans votre jardin afin de créer de futures proies pour vos protégés à plume.

geai hiver

Nourrir les oiseaux ou pas, je laisse la réponse ouverte avec de nombreuses pistes de réflexion. Ces espèces souffrent de l’activité humaine et leurs comportements sont modifiés en profondeur. Il faut donc agir en pesant toujours le pour et le contre de nos actions. Dans tous les cas, il ne faut pas nourrir les oiseaux en dehors de la période froide (mi-novembre à mars environ). Ici on plante des tournesols qu’on laisse sur pied pour le plus grand bonheur des oiseaux. On ajoute aussi des graines lors des épisodes de froid.

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossiers thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous offrant un abonnement, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

revue jardinage

Un calendrier des semis unique en son genre

Notre partenaire Terra-Potager propose un calendrier/almanach dans lequel vous trouverez des conseils personnalisés pour tous les semis de la saison, soit plus d’une centaine d’actions à réaliser pour récolter toute l’année. Le calendrier est disponible pour plusieurs climat, ce qui le rend unique en son genre. Les conseils pour chaque semis de l’année sont personnalisés en fonction de votre climat et de la date de semis (on ne cultive pas les carottes de la même manière en mars qu’en juillet !). Venez découvrir ce calendrier en cliquant sur le bouton ci-dessous. 

4 Commentaires

  1. J’ai bien aimé ce commentaire sur nourrir les oiseaux avec avantages et inconvénients…et notre place d’humains qui abîment et peut un peu compenser notre impact négatif

    Réponse
  2. Bonjour,
    Je lis une nouvelle fois que les boules de graines et graisse en filet étranglent les oiseaux.
    Pour information, j’ai 4 nichoirs à mésanges (très utiles contre les chenilles processionnaires…). Elles se nourrissent en partie chez moi et je n’ai jamais vu de mésange “étranglée” avec du filet à boules (il suffit de regarder dans leurs nids à la fin de la saison . Cela fait plus de 15 ans que j’ai adopté cette méthode et je suis agacé par ce genre de propos que je vois écrire à gauche et à droite. Mais si quelqu’un a des preuves de ce qu’il avance je serai prêt à revoir ma copie..
    Ceci écrit, bonne année à toutes et tous et que la nature l’emporte sur la bêtise humaine…!!!!

    Réponse
    • Effectivement Johann vous avez totalement raison : c’est extrêmement rare ! Ceci dit, nous pensons qu’il est important de prévenir les gens par précaution. Je vous avoue que je n’ai jamais assisté à cela, mais j’ai déjà vu des photos d’oiseaux bloqués dans les filets. Alors j’ai récupéré un tube grillagé à suspendre dans lequel je met mes boules de graines. En plus, cela fait moins de plastiques 🙂 Belle journée à vous et meilleurs vœux.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail

Vous serez prévenu quand la formation sera en ligne. 

Merci !

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This