Les limaces en permaculture.

par | Mar 7, 2020 | Maladies et ravageurs | 4 commentaires

Les limaces sont souvent le point le plus problématique lorsque l’on se lance dans un potager en permaculture avec recours au paillage. En effet, le paillage est un lieu de vie parfait pour les limaces ! Généralement la pression est très forte les premières années, puis elle se calme. Cela va dépendre de la faculté de votre jardin à s’équilibrer et de vos efforts pour créer des niches écologiques permettant d’accueillir les prédateurs des limaces.

Ainsi, il est possible de limiter, au moins en partie, la pression exercée par les limaces dans votre potager en permaculture.

Enfin, n’oubliez pas que les limaces ont leur place dans votre écosystème. Elles sont des décomposeurs de matière organique, facilitent la dispersion des champignons, etc. Elles rendent de nombreux services, mais il est normal de vouloir faire baisser leur présence au jardin. C’est même essentiel, tout n’est pas toujours rose dans la nature… malheureusement !

Retrouvez à ce sujet cet article très intéressant : https://permaforet.blogspot.com/2014/07/cultiver-avec-les-limaces-et-les.html

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de la voir, voici une vidéo de Hervé Coves très intéressante et pédagogique sur le sujet ! Pleins de bonnes idées à récupérer, mais nous avons un regard critique sur cette gestion des limaces. L’auteur a t’il déjà cultivé un potager ? Où sont les images des jardins avec cette gestion des limaces…? 😉 On aurait bien aimé voir tout cela, c’est dommage.

Voici plusieurs méthodes pour ralentir les attaques de limaces.

Les méthodes alternatives pour gérer les limaces

Voici donc quelques manières d’aborder les limaces dans votre potager. Elles ne sont pas toutes efficaces comme on le souhaiterait, mais elles ont le mérite d’exister.

Chercher à créer un équilibre dans le potager. Trop de limace ? D’accord, faisons se multiplier ses prédateurs ! Cherchez à créer des niches écologiques, pouvant attirer carabes, oiseaux, hérissons, lézards, orvets, etc. On crée alors plus de tas de branchages, plus d’hôtels à insectes, plus de niches à hérissons, tas de feuilles, tas de pierres, etc. Cette méthode est la plus efficace à long terme même si vous ne pourrez jamais supprimer les limaces du potager (et ce n’est pas souhaitable).

Planter davantage : nous avons pris l’habitude, sur certaines cultures, de semer jusqu’à 4/5 fois plus que ce que nous souhaitons récolter, notamment les laitues de printemps, et certains semis en automne. Cela permettait de limiter les dégâts et surtout de ne pas être trop déçu en ne récoltant rien du tout !

Les salades aux feuilles rouges attirent moins les limaces.

Planter des plants plus développés : si vous plantez une jeune salade, elle va se faire dévorer en quelques minutes, tandis qu’en plantant un plant déjà développé, vous avez une chance pour que la limace ne grignote qu’une partie puis aille voir ailleurs. C’est une stratégie qui fonctionne très bien, que nous mettons en place notamment pour les courges. En effet, le semis direct de courges est parfois délicat. On peut alors semer plusieurs graines dans le même trou et venir éclaircir par la suite, ou alors réaliser des plants : une courge déjà développée sera beaucoup moins sensible aux attaques de gastéropodes.

Des plants coriaces, à l’épreuve des limaces !

Les brassicacées au potager : les limaces les adorent, particulièrement la moutarde, ou encore les choux chinois. On peut alors semer des rangs destinés à se faire manger pour protéger nos autres cultures. Cela fonctionne assez bien, mais cette solution consomme des semences.

Les déchets de cuisine et les matières organiques fraîchement mortes : ils peuvent jouer un rôle de distraction. Le but est de les nourrir ! Les limaces seront davantage attirées par les déchets de cuisines et les matières organiques fraîchement mortes (comme des adventices jetées au pied des légumes) que par les plants de légumes. On peut alors en déposer un peu partout dans le potager, proche des jeunes plants. À ce titre, les pissenlits fonctionnent à merveille. Le piège parfait ? Des feuilles de pissenlits et une planche juste à côté. Le matin, vous pourrez venir cueillir les gastéropodes sous la planche.

Retirer le paillage sur certaines cultures. En effet, le paillage n’est pas quelque chose d’automatique dans un jardin en permaculture ! On peut le retirer sur certaines cultures précoces, afin de créer un environnement plus hostile aux gastéropodes. Cela permettra également au sol de se réchauffer plus rapidement au printemps. Si des adventices germent, laissez un peu : cela nourrira également les limaces ! Cette astuce est peu efficace, mais elle peut limiter.

[ Découvrez notre article sur la production de paillage ]

protéger les plants avec des bouteilles plastiques de récupération ou autres… Méthode certes chronophages, mais efficace !

Les méthodes interventionnistes pour lutter contre les limaces

La chasse nocturne : les limaces et les escargots sortent la nuit, ainsi on peut passer vers 22/23h à la lampe frontale dans le potager et écarter manuellement les ravageurs présents sur nos plants.

Les pièges divers : soucoupe remplie de bière par exemple, cela va alors attirer les limaces et vous pourrez les collecter puis les déposer plus loin. Il est plutôt inutile de les tuer, car les limaces se multiplient à une vitesse folle. Chacun fait comme il souhaite ! Déposez ces pièges aux abords des planches, mais sachez que cela va attirer encore plus de limaces… À déconseiller.

piège limace
Les fameux pièges à limace avec de la bière. De quoi rameuter toutes les limaces du quartier : est-ce vraiment une bonne idée ?

Les canards : à certains moments de l’année, on peut lâcher ses poules ou ses canards pour faire un peu de ménage et éliminer quelques limaces dans votre potager. Avec un enclos mobile qui leur limite l’accès aux autres planches, on peut faire nettoyer une planche avant de mettre en culture par exemple. L’efficacité est limitée, mais ils en consomment quand même une bonne partie. Cela dit, chez certaines personnes les canards n’aiment pas forcément les limaces et ravagent plutôt les cultures ! C’est normal, les canards sont comme nous, ils ont leur propre personnalité. Comme chaque canard ou chaque poule est différent, on ne peut pas avoir les mêmes résultats partout…

Cette méthode est appliquée avec succès dans le potager de Maud, au jardin d’Alekil.

coureurs indiens limace
Les deux coureurs indiens veillent au grain !

Le ferramol : les granules anti-limaces peuvent être utilisées au potager si l’on a vraiment trop de problèmes. Néanmoins, utilisez-les avec précautions et surtout aux bonnes doses ! Il est inutile de charger la planche en granulés. Le ferramol n’est pas dangereux pour les autres animaux : c’est du fer. Utilisez quelques granulés par plant. Cela vaut largement les centaines de kilos que peuvent produire tous les légumes du potager, mais tout dépendra de votre sensibilité aux intrants. Un jardin sans ferramol est possible, il faudra néanmoins parfois rester calme et accepter la “défaite”, avoir le courage de ressemer, recommencer. C’est courageux !

Les nématodes : ces vers microscopiques que l’on achète en poudre ne sont dangereux que pour les gastéropodes, à priori.

Cet article vous intéresse ? Venez découvrir notre revue numérique en téléchargeant un extrait gratuit !

Aller plus loin

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à visionner cette vidéo réalisée par Rémi Kulik du jardin d’Émerveille.

Bonne chance dans votre lutte, persévérez, créez des niches écologiques, et la pression finira par redescendre ! Enfin, produire sa nourriture demande parfois de devoir contrôler le jardin et d’intervenir… Il apparaît illusoire de ne jamais traiter le problème et de ne pas avoir de souci… Ne culpabilisez pas : soyez fiers de produire votre alimentation, et favorisez la vie dans les autres parties du jardin 😉

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossier thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous abonnant, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

Le potager permacole revue permaculture

4 Commentaires

  1. J aime planter des touffes d oeillets d inde ca et là…en passant tous les matins avec une boite… on ramasse un paquet de loche chaque jour et les oeillets d inde sont tres prolifiques quand plantés en buisson dru 😉
    (Methode employee par le chef jardinier de versailles, dans un reportage d il y a quelques annees….

    Réponse
    • bonsoir,

      merci pour ce commentaire et cette astuce ! Je ne manquerai pas de jeter un œil à mes buissons d’œillets ! 😀

      Réponse
  2. Bonjour, je fais la chasse « bienveillante » à la limace ces temps, et une technique qui semble bien marcher est celle du pamplemousse : je mets un demi-pamplemousse vidé de sa pulpe vers les endroits où j’ai remarqué des limaces. Celles-ci se réfugient dessous facilement, et il n’y a plus qu’à les cueillir et les déplacer. Seule question que je me pose : est-ce que ce pamplemousse ne fonctionne pas aussi comme un attracteur … pas trouvé de réponse pour l’instant.

    Réponse
    • Pas mal comme technique ! Je n’ai pas la réponse, mais ça serait intéressant de savoir ! 😀

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This