La coccinelle : un auxiliaire merveilleux

par | Août 3, 2022 | Accueillir la biodiversité | 0 commentaires

Porte chance, catherinette, bête du paradis ou bête à bon Dieu, la coccinelle est un insecte qui est apprécié par les humains depuis très longtemps. Elle possède au total plus de 700 noms dans une cinquantaine de langues, soit beaucoup plus que les autres insectes qui pullulent sous nos contrées. 

Une alliée redoutable

La coccinelle est connue pour manger les pucerons sans abîmer les plantes. Ces petits insectes se nourrissent en suçant la sève dès le début du printemps. Elles peuvent limiter leurs dégâts dans les cultures et sont donc utilisées comme auxiliaires de protection en agriculture biologique, notamment pour lutter contre les cochenilles ou les pucerons.

On estime qu’une seule larve de coccinelle peut manger une cinquantaine de pucerons par jour. Ces coléoptères apparaissent donc comme une alternative durable aux produits phytosanitaires. En France, on recense cent-trente espèces de coccinelles. Parmi elles, la plus emblématique est la coccinelle à sept points. 

Elles ne consomment pas toutes des pucerons, et pour celles qui le font, elles sont généralement spécialisées sur une espèce particulière. Par exemple, la sève du laurier rose est toxique, ce qui rend ses pucerons hôtes indigestes. 

Pourtant, une espèce, la ‘Coccinelle migratrice’ consomme les pucerons qui vivent sur ces arbustes.

Attention à ne pas confondre larves de coccinelles et larves de doryphores…

L’élevage d’auxiliaires

 “Chaque coccinelle a des préférences alimentaires, il est donc possible de viser une espèce de pucerons en particulier.” Vincent Bouguet est le fondateur de la société Insectösphère. C’est une jeune entreprise lancée en 2017 à Saint-Jean-le-Vieux dans l’Ain. “On tente de maintenir la biodiversité endémique tout en se servant des insectes comme béquilles pour remplacer les insecticides chimiques et naturels” explique Vincent.  Les coccinelles sont très sélectives et peuvent être utilisées de façon ciblée sans tuer tous les insectes d’une plante comme pourrait

le faire un insecticide même naturel, ou bien comme le savon noir.

Chaque année, la petite entreprise produit un million et demi d’auxiliaires, destinés à être vendus aux particuliers. Insectösphère produit majoritairement quatre espèces de coccinelles. Les coccinelles à deux points sont spécialisées les pucerons vivant dans les arbres . La plus commune, la coccinelle à sept points qui est efficace pour la plupart des plantes potagères. Celle à onze points consomme les pucerons jaunes du laurier rose qui sont toxiques pour les autres espèces d’insectes auxiliaires généralistes. Enfin, la coccinelle à virgule est utilisée contre les cochenilles pulvinaires des hortensias, des mûriers ou d’autres arbres d’ornement. Elles sont également capables de chasser les pucerons lanigères des vergers. 

“Les coccinelles sont nourries avec des pucerons vivants que l’on élève. Nous développons des sujets adultes dans des boîtes afin de lâcher des insectes fertiles pour qu’ils pondent rapidement et que leur action soit efficace” confie le passionné d’insectes. Contrairement aux insecticides, il n’existe pas de phénomène de résistance car les coccinelles sont le prédateur naturel du puceron. 

“On travaille avec du vivant donc il faut toujours prendre des précautions. Le lâché d’auxiliaire est aussi sensible aux conditions climatiques, il faut donc faire attention au moment du lâché. Quarante millimètres de pluie, de fortes températures ou de la grêle seront fatals aux jeunes coléoptères. Cela s’applique aussi malheureusement aux coccinelles sauvages.” 

Vincent conseille donc ses clients pour optimiser l’action des auxiliaires. Autre avantage de la coccinelle, elle laisse de beaux plants bien propres. Méticuleuses, les coccinelles et leurs larves viennent dévorer chaque puceron et ne laissent aucune trace derrière elles. Bien pratique quand il s’agit de laver les légumes que l’on va consommer !

Aller plus loin avec notre article : “Pucerons et permaculture : comment lutter et vivre avec

Un réveil difficile en sortie d’hiver

Lorsque les rayons du soleil viennent réchauffer le sol, et que les températures dépassent les 10°C, les coccinelles sortent doucement de leur hibernation. On est courant février et la coccinelle à sept points n’a pas mangé depuis cinq ou six mois. Elle a résisté aux froids de l’hiver grâce aux réserves de graisse qu’elle a accumulées jusqu’à l’automne. Elle suit alors son instinct, et rassemble ses forces. La bête à bon Dieu monte en hauteur afin de se réchauffer au soleil. 

En cette fin d’hiver, les pucerons ne sont pas encore arrivés. Ils constituent la plus grande partie de son alimentation, mais elle devra se contenter de ce qu’elle trouve, chenilles, œufs d’araignées, insectes en tout genre, même morts. 

Au bout de quelques semaines, les pucerons apparaissent. Ils se développent très vite. En dix jours, chaque puceron femelle donne naissance à cent nouveaux piqueurs-suceurs. À cette vitesse-là, ces insectes gourmands affaiblissent rapidement les plantes. Et notamment nos plantes potagères !

Fine limière, la catherinette repère ses proies à l’odeur. Elle attrape le puceron à l’aide de ses mandibules et lui injecte sa salive mortelle qui dissout l’insecte. Elle le dévore ensuite en moins de dix minutes avant de passer à sa prochaine victime. Une véritable scène de guerre que vous avez peut-être déjà observée au potager. 

Des gardiennes protègent cependant les pucerons : les fourmis.


La suite de cet article est réservé aux abonnés.

Nous éditons une revue numérique sur le jardinage naturel, la permaculture et la biodiversité. Tous les deux mois, vous recevez des conseils, des astuces, des articles de fond pour en apprendre davantage sur notre passion commune : le jardinage.

Déjà abonné ? Rendez-vous dans votre espace abonné et téléchargez le numéro 12 de la revue.

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossier thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous offrant un abonnement, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

revue permaculture

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail

Vous serez prévenu quand la formation sera en ligne. 

Merci !

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This