Le paillage en copeaux de bois

par | Juin 16, 2021 | Paillage | 6 commentaires

Parmi les matières organiques facilement accessibles et en quantité, les copeaux de bois sont rois. Récupérable en déchetterie, auprès des centres de tri ou encore chez des paysagistes, il s’agit d’un « déchet » de la gestion des espaces verts.

Quoi de plus agréable que de gratter un peu le paillage et trouver un sol frais et humide ? À chaque fois qu’une entreprise d’entretien des espaces verts effectue un chantier, elle broie les déchets de tailles en petits morceaux de bois déchiquetés. Ce résidu offre un matériau riche en carbone qui stock l’eau et conserve le pied des plants bien humide.

Ce qui est un déchet pour certains devient une véritable richesse pour les détenteurs d’un potager. Toutes les essences de bois peuvent faire l’affaire, mais un broyat de résineux sera être un peu acide pour certaines plantes. Les copeaux de feuillus sont donc à privilégier s’ils sont disponibles autour de chez vous. On trouve plusieurs formes de broyat : le sec, constitué d’écorce et de bois sec, et le frais, constitué de bois vert. Le fameux BRF est un broyat de rameaux verts de l’année, qui offre un paillage riche et équilibré. Enfin, il existe un entre-deux, le broyat mixte, un mélange des deux paillages précédents.

Un paillage aux multiples vertus

Un paillage vivant et durable

Le broyat de bois apparaît comme un paillage particulièrement durable. S’il est apporté en quantité suffisante (au moins dix centimètres), il offrira une protection du sol pour plusieurs années et nourrira progressivement les plantes qui ont les pieds dedans. Le broyat de bois limitera aussi la pousse des adventices au pied des plantations et le désherbage se verra grandement réduit. Ce couvre-sol permet aussi le développement des champignons qui trouvent dans ce paillage un substrat idéal pour se développer. Le mycélium de champignon pourra alors rentrer en mycorhize avec les plantes cultivées, leur apportant des réserves d’eau et de nutriments.

Un apport nutritif

Le broyat de bois, comme de nombreux paillages, apporte de la nourriture pour les plantes en se décomposant. Il enrichira donc le sol et les plantes vous en seront très reconnaissantes. Après quelques années d’installation, il se transforme en un humus riche, qui sent bon la forêt. Enfin, le broyat de bois comporte un aspect esthétique, il met en valeur les plantes et délimite bien les espaces. Le broyat convient très bien aux plantes en pot qui profiteront de ses nombreux avantages.

Des inconvénients à prendre en compte

Un apport riche en carbone

Le bois sec est essentiellement composé de lignine, très riche en carbone. Il est alors pauvre en nutriments et apportera peu d’azote à vos plantes. Pire encore, il peut même entraîner une faim d’azote. Lorsque les micro-organismes du sol s’activent, ils puisent de l’azote pour détériorer le carbone. L’azote indispensable à la croissance des jeunes feuilles ne sera donc plus disponible pour les plantes. Afin d’éviter ce problème, un peu de tonte de pelouse ou d’urine (engrais riches en azote) pourra combler ce risque.

Précautions à prendre lors de l’installation

Par ailleurs, malgré ses nombreux avantages, le paillage de façon général retarde le réchauffement du sol au printemps ce qui peut entrainer un petit retard de croissance. Rien de bien grave, les plus fortes chaleurs rattraperont rapidement ce retard. Enfin, s’il est apporté en trop grosse épaisseur et que de fortes pluies imbibent les copeaux, il peut entrer en fermentation et monter en température. Il risque alors de brûler les jeunes plantes. Pour cela, évitez de déposer une couche trop épaisse. Il faut aussi éviter d’enterrer les points de greffe des fruitiers qui se retrouveraient asphyxiés dans cette situation.  

Le paillage en copeaux de bois offre donc un paillage nourricier, durable et esthétique pour les jardins. Ce déchet de nombreuses entreprises peut alors être valorisé dans vos plantations.

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossier thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous abonnant, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

Le potager permacole revue permaculture

6 Commentaires

  1. Bonjour. Je dispose de copeaux merci pour cet article !! Question : je dispose de fins copeaux de bois (non traites) provenant d’une menuiserie. Puis-je les meler à la tonte de gazon et m’en servir ainsi comme paillage? Si oui en quelles quantites respectives copeaux/tontes. Sinon autre usage pour ces copeaux?

    Réponse
  2. Bonjour
    Je fais du tournage sur bois et je vais pouvoir recycler mes copeaux ?

    Réponse
    • Oui tout à fait ! 🙂

      Réponse
  3. On dit aussi que les copeaux fins peuvent s’agréger après une forte pluie rendant cette couche imperméable aussi bien à l’eau qu’à l’air, sauf à remuer la couche pour l’aérer.

    Réponse
    • Bonjour,
      Peut être en effet faut il distinguer copeaux et sciure.
      Nous avons de la sciure mais hésitons largement à l’utiliser en paillage même avec un complément d’azote (tonte qui elle aussi de part sa finesse risque de faire une couche dense et imperméable).

      Réponse
      • Vous pouvez sans souci le faire en mélange avec de la tonte oui 🙂

        Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This