La haie de Benjes est une belle illustration d’une idée que nous aimons beaucoup : la mort est indispensable à la vie !

Présentation de la haie de Benjes, ou « haie morte »

La haie de Benjes, ou « haie morte », est une parfaite illustration de ce concept : lorsque nous voyons du bois mort, nous ne soupçonnons pas toujours son intérêt pour la biodiversité. On pense surtout « matière inerte »… Et pourtant !

Le bois mort est une composante essentielle des cycles naturels. Le carbone qu’il contient est stocké petit à petit dans le sol, et sa décomposition par les insectes, bactéries et champignons est à la base de nombreuses chaînes trophiques. Et favoriser les chaînes trophiques au jardin, c’est y redonner de la complexité. C’est dans cette complexité que réside l’équilibre naturel de votre jardin : pensez-y 😉

Ainsi, la haie de Benjes, mise au point par Hermann Benjes dans les années 80, est une haie composée essentiellement de bois mort entassé sur une ligne de longueur variable. On peut utiliser des branchages, nos résidus de taille d’arbres et d’arbustes

Certes, la haie morte peut représenter une charge de travail importante à la mise en place, mais il est aussi possible de la monter petit à petit, au fil de l’eau et en fonction des tailles et de la matière que vous pouvez récupérer.

N’allez pas piller une forêt pour confectionner rapidement votre haie de Benjes, ce serait dommage ! De plus, vous pouvez opter pour un modèle réduit, comme sur cette photo :

Ce dont vous aurez besoin :

La création d’une haie de Benjes est très simple, vous aurez besoin :

• de bois, branchages, de tailles variables.

• de feuilles mortes si possible

• de racines, restes de désherbage, si vous le souhaitez.

• pour faciliter sa création, de piquets en bois pour maintenir la haie en place. Nous en avions créé une à échelle réduite, entre deux arbres : les troncs jouaient alors le rôle de piquets.

Construire sa haie de Benjes

Voici la méthode pour construire votre haie de Benjes :

• Commencez par planter des piquets à intervalles réguliers, tous les 40/50 cm par exemple. Comptez 50 cm à 1 m de distance entre les deux rangs de piquets. Cette distance est donnée à titre indicatif, ne vous privez pas de faire plus petit ou plus grands : chacun fait selon ses possibilités.

• Entre les deux rangs de piquets, disposez vos branchages dans le sens de la longueur. Si vous en avez, vous pouvez « boucher » les espaces avec des feuilles mortes ou autres matières organiques. Pour un meilleur effet et une tenue optimale des branchages, on peut prendre le temps de les plesser, les tresser entre eux. Néanmoins ça n’est pas obligatoire !

• La haie pourra monter jusqu’à 1 mètre de hauteur si vous avez les branchages nécessaires ! Pour la longueur et la forme, c’est vous qui voyez en fonction de la place disponible.

Quel est l’intérêt de ce type de haie ?

La haie va peu à peu se décomposer, permettant à de nombreuses chaînes trophiques de se mettre en place, comme nous vous le disions en début d’article. Elle va donc aussi accueillir de nombreux visiteurs, auxiliaires insectes et animaux ! Les oiseaux vont venir se percher dessus pour observer les alentours, notamment sur les haie de Benjes “grand format”.

Leurs déjections contenant des graines d’arbres et d’arbustes vont permettre d’enrichir la haie en graines de plantes locales (et parfois moins locales ! évitez de laisser des végétaux exotiques se ressemer !).

Avec les années, la haie de Benjes va se tasser peu à peu, laissant place aux arbres et arbustes qui auront pu se ressemer. Vous aurez donc une haie naturelle qui se sera créée d’elle-même !

En attendant, la haie va protéger du vent les cultures à ses côtés. On peut d’ailleurs s’en servir pour faire grimper des légumes tels que les courges, les chayottes, entre autres… !

On pourra, à l’occasion, prélever un peu de terre végétale à la base de la haie. Cette terre végétale sera directement issue de la décomposition des végétaux disposés dans la haie.

La haie morte est donc un fantastique réservoir à biodiversité, en plus d’être esthétique et d’avoir plusieurs vies : on part de bois mort pour arriver à une haie naturelle vigoureuse et utile pour la nature. Nous vous le disions en début d’article, la mort est indispensable à la vie !

revue le potager permacole
Rater votre hôtel à insectes, ça vous dit ? 😀 Suivez nos conseils dans cet article humoristique disponible dans les archives de notre revue numérique. Cliquez ici pour en savoir plus 😉

Utiliser des plantes exotiques pour construire votre haie de Benjes

La construction d’une haie de Benjes est aussi un moyen de transformer vos plantes exotiques, souvent peu attractives pour les insectes, en véritable refuge pour la faune !

En effet, on a tous quelques plantes exotiques au jardin comme le bambou, ou d’autres arbres venant d’ailleurs…

Utiliser ces plantes pour réaliser votre haie morte, c’est leur donner une utilité à destination de la biodiversité ! En voilà une bonne opportunité ! 😉

haie de Benjes
Une mini-haie de Benjes, plutôt un “tas de bois”, en bambous, en cours de réalisation ! Voilà de quoi leur donner une utilité supplémentaire !

Alors, allez-vous créer une haie de Benjes dans votre jardin ? 😀

N’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaires !

Vous souhaitez aller plus loin dans votre démarche de jardin naturel ? Continuez votre lecture et venez découvrir nos autres articles en visitant notre blog !

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossier thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous abonnant, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

Le potager permacole revue permaculture

32 Commentaires

  1. J’aime beaucoup

    Réponse
    • Excellent pour réunir les gens et enfants autour d‘un projet. Je proposerai comme activité d‘automne-hiver aux familles et membres de notre jardin communautaire. Merci. Thérèse du JardinSympa

      Réponse
  2. Excellente idée sur le fond. Mais ce que je ne comprends pas, c’est le pourquoi de s’embêter à planter des piquets, plutôt que de simplement déposer le bois en andain sur le sol ?

    Réponse
    • C’est une caractéristique propre aux haie de Benjes, mais ca n’a aucune utilité fonctionnelle, c’est plutôt d’ordre esthétique en effet 🙂

      Réponse
      • Je ne vous suis pas complètement, l’utilité fonctionnelle est réelle de mon point de vue. En effet les piquets servent aussi à canaliser la haie sur 1 m ou 1 m 20 de large. Ils facilitent le tassement des végétaux accumulés. Pour avoir pratiqué le “tas innommable qui s’étale” au fur et à mesure des années, la haie cadrée par les piquets me permet de bien mieux maitriser l’espace dans un jardin où il n’est pas illimité.

        Réponse
  3. Je confirme l’utilité d’une haie de la sorte. Je ne savais pas que c’était un concept

    connu sous ce nom. J’en ai crée une chez moi, à côté de mon jardin, pour créer de la

    diversité et comme vous le dites aussi, de la mort nait la vie. Je l’ai faite en ayant ces

    principes en tête. J’ y ai aussi planté des ronces pour leur faculté à générer du

    vivant. La haie fait 2ml de haut sur 15ml de long et sert aussi de coupe vent et pour

    faire de l’ombre. Je compte aussi beaucoup sur les effets qui ne sont pas visibles.

    C’est à dire les radiations ou autres rayonnements produits par ce genre de haie,

    qui ne peut qu’avoir des effets bénéfiques pour le jardin. La vie n’est rien d’autre

    que de l’énergie qui ne demande qu’à se libérer à la mort des végétaux. Ce que

    je suis en train de faire aussi, c’est de répandre du basalte sur mon jardin. Autre

    vecteur de la vie ( invisible ) mais d’autant plus efficace et avéré. Merci pour

    ce que vous faites pour la collectivité, pas seulement pour les jardiniers mais pour

    la vie en général. Il faut y mettre du coeur. ( c’est essentiel ). Encore l’invisible.

    Réponse
  4. J’aime beaucoup, je ne connaissais pas. Merci.
    Je vais en fabriquer un qui coupera un peu le mistral
    Pour ma part je broies les tailles des arbustes et les intègre dans mon jardin en fonction de leur calibre.
    Bon jardinage à tous.

    Réponse
    • Bonjour, j ai fait des haies de framboisiers chez moi et et sans le savoir une haie de ce type retient mon compost

      Réponse
  5. bonjour, article très interessant. puis je mettre cette haie en place autour de mes trois parcelles en permaculture ou est ce qu’elle doit être mise sur un autre endroit. merci pour votre réponse

    Réponse
    • Vous la mettez où bon vous semble 😀 Il n’y a pas de contre indication 😉 a bientôt !

      Réponse
  6. Comme toujours, article très intéressant. Merci Guillaume 🙂
    Je pratique depuis longtemps le dépôt de bois mort et de végétaux que je ne mets pas dans les cylindres à compost, à deux endroits discrets du jardin, un peu dans l’esprit de Patrice BRETHOME. Par contre, je suis sceptique s’agissant des ronces…
    Je n’ai jamais songé à leur apporter une allure artistique. Je vais y penser ;).
    Un tel endroit est devenu, au fil des ans, une belle plate-bande fleurie.
    Bonne fin de saison de jardinage à tout le monde.
    Et encore grand merci à Guillaume.

    Réponse
    • Merci pour ce message Roland, content d’avoir de vos nouvelles ! Bon dimanche à vous 😉

      Réponse
  7. Peut-on mettre dans ces haies, les ronces coupées, les lianes de chèvrefeuille sauvage coupées et les branches de sapin ?

    Réponse
    • Tout à fait ! Une vrai poubelle cette haie de Benjes 😉 et ça ne change en rien son efficacité !

      Réponse
  8. Bonjour,
    Je découvre votre article et suis enchantée !
    J’aimerais Savoir si je peux utiliser cette technique contre un grillage mitoyen afin de créer une haie me séparant du terrain voisin ? Est-ce « autorisé » ?
    Merci d’avance
    Marielle

    Réponse
    • En principe c’est tout à fait autorisé 🙂 attention cependant aux distances vous séparant de vos voisins 😉

      Réponse
    • Bonjour,
      Cet article est vraiment très intéressant. Je vais le faire contre le grillage qui sépare mon jardin du chemin d’accès aux voisins. Je leur ai expliqué le principe, ils sont d’accord. 🤗😉😉

      Réponse
      • Merci Marie Line 😉

        Réponse
  9. Excellent !
    Bravo pour la description que vous en faites et qui donne un sentiment de liberté
    Pour ma part je ne pourrai disposer que de 40cm d’épaisseur mais 2m de hauteur et quasiment 20m de longueur
    Je ne suis pas certain du rendu esthétique… Peu importe pour la bio diversité et en particulier les hérissons !!

    Réponse
    • Vous l’étofferez avec le temps 😉 Merci pour le retour ! 🙂

      Réponse
  10. Bonjour.
    Pour ceux qui ne trouvent pas cela joli, on peut semer pour l’été des volubilis, et pour toujours planter de la vigne vierge.
    En fait, c’est un genre de compost de plein air sans déchets de cuisine?
    Contenir entre des piques, quelle bonne idée! Sinon ça se vautre peu à peu je suppose. Question: les piquets de bois ne risquent-ils pas de “composter” eux aussi? Les imbiber d’huile de lin chaude, comme les parquets?
    Merci
    Marie-Anne

    Réponse
    • Tout va se composter au fil des années oui 🙂 Mais ca dure quand même, et on peut remplacer quelques poteaux de temps en temps… a bientot

      Réponse
    • Bonjour,
      expérimenté la vigne vierge : à proscrire, car elle se développe partout, colonise tout et fait crever la haie !!!

      Réponse
  11. Voilà exactement ce qu’il me fallait! J’ai un espace de plus au potager, à côté d’un bassin où venaient des grenouilles, mais elles ne sont pas venues depuis 1 an, avec cette haie je pourrais peut-être les attirer à nouveau, et puis les potirons pourront grimper dessus, on manque souvent de place… Merci merci merci!! Et oui super activité pour les enfants qui aiment venir dans notre potager communautaire!

    Réponse
  12. Très bonne idée ces haies! Merci beaucoup pour l’explication de leur réalisation.

    Réponse
  13. Merci pour cette bonne idée.
    Je vais mettre en place , d’en avais marre d’aller à la déchèterie porter mes branchages. Peut – on mettre les branches de thuyas ?
    Merci pour tous vos bons conseils?denise

    Réponse
    • Merci beaucoup 🙂
      sans aucun problème le thuya ca sera très bien

      Réponse
  14. Quelle belle idée ! Plutôt que jeter à la déchetterie les branches de la taille d’arbres je vais créer une haie de Benjes en rond qui servira de compost végétal.
    Merci pour cet article très instructif.

    Réponse
    • Merci beaucoup 🙂

      Réponse
  15. Bravo,très bonne idée je vais mettre cela en pratique avec l époque de la taille.

    Réponse
    • Merci beaucoup 🙂

      Réponse
  16. J’adore l’idee mais comment limiter vous les ronciers ? Ce milieux est aussi très intéressant pour des variétés indésirables.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This