#idéesreçues : Les coquilles d’œufs protègent contre la cloque du pêcher !

par | Oct 14, 2019 | Articles abonnés, Le verger et les haies en permaculture, Maladies et ravageurs | 0 commentaires

Si les coquilles d’œufs avaient un effet sur la cloque du pêcher, nous verrions les vergers de pêchers couverts de coquilles ! En effet, pourquoi les arboriculteurs traiteraient si une simple coquille d’œuf endiguerait l’arrivée de cette maladie ? Nous allons aborder cette question dans une logique permacole en essayant de comprendre comment fonctionne cette maladie.

Qu’est-ce que la cloque du pêcher ?

Pour commencer, intéressons-nous à cette maladie. La cloque du pêcher est une maladie cryptogamique causée par un champignon, Taphrina deformans. Ce champignon passe l’hiver à la surface du sol, sous les écailles des bourgeons, ainsi que dans les anfractuosités des branches de pêchers. En fin d’hiver/début de printemps, les spores vont germer.

Pour cela, ils auront besoin d’une bonne journée de pluie, avec des températures supérieures à 8 degrés. Les pêchers n’aiment pas spécialement les printemps humides, c’est aussi pour cela qu’en dehors des régions très ensoleillées, les arbres sont plus sensibles à la cloque.

Cloque sur un jeune pêcher, au mois d’avril en Bretagne.
Tsaag Valren, CC BY-SA 4.0

Des spores omniprésentes

Nous ne les voyons pas, mais tout comme la majorité des ascomycètes (comme le mildiou !), les spores sont présentes un peu partout dans notre environnement. En marchant dans votre verger, vous allez sans doute déplacer quelques spores de champignons, voire même les ramener à la maison. Nous ne serions pas surpris de trouver du mildiou dans notre salon si nous pouvions l’observer à l’œil nu !

Ainsi, il me semble quelque peu trop optimiste de penser que des coquilles d’œufs suspendues au tronc d’un pêcher pourraient suffire à faire barrage à un champignon déjà présent partout : dans l’air, sur l’arbre… Certains jardiniers néanmoins convaincus avancent comme argument la présence d’un élément actif mal identifié sur les œufs, qui permettrait ce miracle… Vous y croirez ou non !

Le calcium comme vecteur de fertilité Cela dit, le calcium présent dans les coquilles d’œufs (presque 40 %) et un élément indispensable à la fertilité du sol et à la création du fameux complexe argilo-humique.

Un sol en bonne santé implique de fait des plantes en meilleure santé ! Et des plantes vigoureuses sont plus résilientes faces aux maladies.

Ainsi, plutôt que d’accrocher ces coquilles à l’arbre, peut-être devrions-nous plus simplement les enterrer au pied de l’arbre pour diffuser ce minéral si important directement dans le sol !

C’est le champignon Taphrina deformans qui est responsable de la cloque du pêcher. Giancarlo Dessì, CC BY-SA 3.0

Dans une logique de permaculture, il faut donc se dire que l’on va faire avec. On ne peut éradiquer cette maladie de façon douce, on va donc vous montrer qu’il est tout à fait possible de fait possible d’avoir un verger productif sans forcément apporter de traitements.

Un bon choix variétal et une biodiversité épanouie

Aussi, la meilleure façon de lutter contre ce champignon est d’encourager la présence une biodiversité épanouie dans votre verger. Vous pouvez également choisir exclusivement des variétés résistantes à la cloque, comme la variété Charles Roux ou Amsden… Nous avons pu expérimenter cette résistance, qui est frappante sur certains arbres, comme le pêcher Amsden. Cette année, en comparant les feuilles d’un pêcher de variété « classique » avec celle de notre pêcher Amsden, nous avons pu constater que le premier avait 90 % de feuilles atteintes par la cloque, tandis que l’Amsden, situé à une trentaine de mètres dans le verger, possédait 90 %…. de feuilles saines !

Pour attirer la biodiversité au verger, vous pouvez construire des haies de Benjes autour du jardin.

Testez par vous-même !

On entend souvent dire qu’après avoir suspendu les coquilles d’œufs, le pêcher en question n’a presque plus attrapé la cloque. Voici quelques explications plausibles : nous avons remarqué que les jeunes pêchers y étaient plus sensibles. Ainsi, nous avons vu de jeunes sujets atteints qui, après 3/4 ans, étaient beaucoup moins touchés par cloque.

En supprimant toutes les feuilles atteintes par la cloque, vous limitez souvent les dégâts du champignon.

Deuxième possibilité : les années se suivent et ne se ressemblent pas ! La cloque du pêcher est donc plus ou moins virulente selon les années en fonction des conditions météorologiques…

Enfin, la cloque ravage les premières feuilles de l’arbre, mais plus la saison avance moins ce champignon se sent à l’aise. Il arrive alors que la seconde génération de feuilles soit beaucoup moins atteinte par le champignon.

Pour faire un vrai test sur l’efficacité de cette pratique, il vous faudra deux pêchers de la même variété (pour plus de rigueur, observer 50 individus serait plus pertinent, mais nous sommes de simples jardiniers, pas des arboriculteurs !), plantés non loin l’un de l’autre. Disposez des coquilles d’œufs sur le premier sujet et aucun sur le deuxième. Apportez-leur le même soin : paillage, arrosage, etc. Suivez ces arbres pendant 4/5 ans et notez l’incidence de la cloque sur chacun des deux sujets. À la fin de la période de test, vous pourrez déterminer si les coquilles ont eu, ou non, un véritable effet sur cette maladie !

Vous souhaitez lancer votre verger en permaculture : Voici tous nos conseils afin de réfléchir au mieux avant la mise en place de votre verger permacole.
Bonnes expériences

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossiers thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous offrant un abonnement, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

abonnement revue permaculture

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail

Vous serez prévenu quand la formation sera en ligne. 

Merci !

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This