Adoptez les fruitiers nains [Article abonnés]

par | Nov 18, 2022 | Le verger et les haies en permaculture | 2 commentaires

Que vous ayez un très grand jardin ou une simple terrasse, les arbres fruitiers sont une façon efficace de diversifier les productions au jardin. Les fruitiers nains conservent une petite taille, un atout donc pour les petites surfaces. Mais pas que ! Ils permettent aussi de récolter à hauteur d’homme, ce qui n’est pas sans intérêt… Partons ensemble à la découverte des portes greffes nanifiants et leur utilisation au verger

À chacun sa taille 

Il existe des arbres fruitiers de toutes les tailles. Selon la dimension de votre jardin, vous pouvez donc trouver des arbres adaptés. On considère qu’il existe cinq tailles différentes de fruitiers lorsque l’on se rend chez un pépiniériste. Les arbres de haute tige ou de plein vent, les demi-tige, les basses tiges, les nains et les colonnaires. Nous allons nous pencher sur les deux derniers, particulièrement intéressants pour les petits espaces. Les arbres nains ne dépassent généralement pas un mètre cinquante de haut. Ils ne produisent pas pour autant des fruits plus petits. Frédéric Dannequin est président de l’Association des Croqueurs de pommes de la Marne. Nous sommes allés voir ses confrères de Corrèze l’année dernière qui nous avaient expliqué la greffe en écusson d’été (voir article).

Pecher nain serre
Frédéric Dannequin a planté des pêchers nains sous serre. C’est la meilleure solution selon lui pour assurer une récolte tous les ans !

Cette année, c’est sur ces petits arbres fruitiers que nous les avons sollicités. Dans son verger, une centaine de variétés de pommes se côtoient. Parmi elles, on retrouve une cinquantaine de fruitiers nains.

Tout dans le porte greffe

Les arbres fruitiers que vous achetez sont systématiquement greffés. Cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le porte greffe permet de donner de nouvelles caractéristiques au fruitier. Production plus rapide, résistance aux maladies, précocité … et dimensions de l’arbre. C’est donc les caractéristiques du porte greffe qui vont déterminer la taille finale de l’arbre. Pour les arbres nains, les portes greffes sont issus de croisements récents sélectionnant le gène nanifiant. On retrouve par exemple le M27 ou le M9 comme porte-greffe ayant ces caractéristiques pour les pommiers par exemple. Sur ce porte greffe, le greffon déterminera les fruits que l’arbre portera. “Pour les portes greffes nanifiants, on retrouve toutes les variétés nouvelles, celles qui ont moins de cinquante ans d’âge” affirme Frédéric Dannequin. Il cite par exemple “la variété Corail d’adapte très bien aux arbres nanifiants” pour les pommiers. 

pommier nain palmette
Les portes greffes nainifiants s’adaptent très bien à la taille. Ici un pommier tailler en espaliers chez Frédéric Dannequin.

Pour en savoir plus sur les portes greffes, n’hésitez pas à aller faire un tour sur cet article qui y est dédié !

Un large choix de porte greffe

Théoriquement, ce porte-greffe limitera la croissance finale de l’arbre à environ un mètre cinquante. Pour des pommiers de basse tiges qui font 2 à 4 mètres de haut, il faudra sélectionner un porte greffe plus vigoureux comme le M106. Si les pépiniéristes font bien leur travail, le nom du porte-greffe doit être indiqué si vous achetez un arbre. Lydie de la chaîne Youtube du Jardin Zen Home s’est confrontée à ce problème. Elle habite dans la Sarthe, et possède un petit jardin d’environ 950m2. Lydie a décidé de densifier ses productions en installant des fruitiers nains chez elle. La jardinière a notamment planté les variétés un prunier ‘persica Bonanza’, un figuier ‘carica noir de carron’ et un grenadier ‘prunita granata nana’. Lors de l’achat en jardinerie, impossible de connaître les portes-greffes. 

fihuier nain noire de caromb
Figuier Noir de Caromb en pot : ça fonctionne !

Autre chose importante sur les fruitiers nains : ne jamais enterrer le point de greffe. Sans quoi, le greffon pourrait mourir et le porte greffe reprendrait le dessus. Pour y pallier, ils sont généralement greffés à 50 cm du sol pour éviter ce risque.

Le cas de colonnaires 

Vous avez peut-être déjà remarqué ces arbres qui poussent sur une seule tige et ne s’élèvent pas plus haut qu’un mètre cinquante. Les fruits apparaissent directement à la base de la tige principale. Un gain de place considérable pour les petits espaces. Ces arbres ne sont pas des OGM ni une modification volontaire de la génétique du fruitier. Un arbre colonnaire est en fait dû à une malformation qui a été sélectionnée. Il s’agit d’une anomalie du gène Co du chromosome 10 de l’arbre. Cela a pour résultat d’entraîner une pousse sur une tige, dépourvue de coursonne (branche latérale). Cette sélection s’est faite à partir d’un pommier Wijcik McIntosh apparu en 1960 au Canada. Depuis, la sélection a été étendue et on retrouve des portes greffes colonnaires pour d’autres fruits comme les pêchers ou les poiriers. 

fruitier colonnaire
Les fruitiers colonnaires s’intègrent merveilleusement dans le
jardin, aux abords d’un chemin par exemple.
Et malgré leur petite taille, la récolte reste très honorable pour la place qu’il prend au jardin ! Variété Azay-le-rideau.

Dans son petit jardin, Lydie a fait l’expérience en installant un haie de fruitiers colonnaires en bord de terrasse. “J’ai planté deux pruniers et quatre pommiers colonnaires en 2017. Les pommiers sont très productifs mais pour le moment pas de récoltes sur les pruniers.” Ces derniers sont sensibles au gel et les températures ces dernières années au printemps ne convenaient pas. “Pour les pommiers, j’ai les variétés Azay-le- rideau, Cheverny, Chinon et Villandry et pour les  prunier, j’ai Atlanta et Toronto. (pépinières Delbard).” Plantés tous les 60 cm, ces pommiers offrent en moyenne 4 kg de fruits par arbre chaque année. 

Des récoltes au rendez-vous

Malgré leur petite taille, colonnaires et fruitiers nains offrent des rendements intéressants. “Il y a beaucoup moins de production sur un petit arbre mais avec un pommier nain greffé, on peut tout de même récolter entre 30 et 50 kg de fruits” affirme Frédéric Dannequin …


La suite de cet article est réservé aux abonnés.

Nous éditons une revue numérique sur le jardinage naturel, la permaculture et la biodiversité. Tous les deux mois, vous recevez des conseils, des astuces, des articles de fond pour en apprendre davantage sur notre passion commune : le jardinage.

Déjà abonné ? Rendez-vous dans votre espace abonné et téléchargez le numéro 16 de la revue.

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossier thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous offrant un abonnement, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

revue permaculture

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article très interessant ! J’ai greffé plusieurs dizaines d’arbre sur mon terrain en jouant sur le portegreffe en jouant sur la compatibilité avec mon sol, l’aspect nanisant que je souhaite donner etc.. mais n’ai jamais eu l’occasion de tester des fruitiers colonnaires.

    L’aspect colonnaire est-il donné par le porte greffe ou le greffon ? J’imagine ce dernier.
    Avez-vous des liens vers des pépinières qui proposerait des variétés interessantes à des prix décents ? J’ai vu quelques exemples à + de 50€ ce qui me semble extrêmement cher

    Merci encore !

    Réponse
    • Bonjour Aurélien,

      L’aspect colonnaire de l’arbre vient essentiellement du porte-greffe ! Cependant, les variétés anciennes sont rarement greffables sur un porte-greffe colonnaire. Les arbres colonnaires sont de nouvelles obtentions et les variétés anciennes sont généralement trop poussantes. L’aspect colonnaire vient donc surtout du porte greffe, (Wijcik McIntosh pour les pommiers par exemple) mais sa réussite dépendra du greffon! Ça peut paraître un peu compliqué, mais il faut juste trouver les variétés adaptées.

      Les arbres colonnaires sont encore cultivés par peu de pépinières, ce qui explique le coût élevé de ces arbres. La pépinière Delbard a en ce moment des arbres en promotion pour environ 30 euros pas plant, par lot de trois. Vous pouvez en trouver autour du même prix chez Graines Baumaux qui en a quelques-uns en stock. Si vous cherchez les moins chers possibles, il y en a aussi sur Leaderplant. D’expérience, les plants sont souvent petits et plus fragiles, il faudra donc bien s’en occuper un an ou deux avant de les laisser se débrouiller. Mais ils restent des arbres et en le bichonnant, vous obtiendrez de beaux sujets.

      N’hésitez pas à chercher un peu à droite à gauche dans les pépinières autour de chez vous, mais il est vrai qu’à l’achat ces arbres sont souvent bien plus chers que des fruitiers classiques.

      En espérant avoir répondu à votre question et que vous trouviez votre bonheur,

      Bonnes recherches,

      JB

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail

Vous serez prévenu quand la formation sera en ligne. 

Merci !

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This