Une plante aux multiples usages

Quels services peuvent vous rendre la sauge, aussi bien pour votre santé que dans votre jardin en permaculture ?

La sauge est une véritable alliée au quotidien : assez simple à cultiver, même sur un balcon, elle servira aussi bien en cuisine, où son goût prononcé transformera vos plats, au jardin, où ses propriétés sont nombreuses, que dans votre pharmacopée où elle apaisera un bon nombre de « bobos » du quotidien. C’est par ailleurs la plante des femmes par excellence ! 

L’histoire de la sauge

« Qui a la sauge dans son jardin ne connaît pas le médecin. »

Ce proverbe de l’école de Salerne résume à lui seul l’importance de la sauge. Salvia en latin ou « celle qui sauve », était en effet considérée durant l’Antiquité et au Moyen Âge comme une véritable panacée. De nombreux peuples en ont fait une plante indispensable de leur pharmacopée. Pour citer quelques exemples :

-Les femmes égyptiennes l’utilisaient pour accroître leur fertilité,

-Les Grecs l’utilisaient pour ses propriétés digestives,

-Enfin, certains Amérindiens l’utilisaient pour soigner des problèmes cutanés…

La sauge fait partie de la pharmacopée de toutes les cultures de toutes les époques.

Aujourd’hui néanmoins, la sauge est surtout utilisée en herbe aromatique en cuisine. Son goût est puissant : amer et astringent.

La sauge au jardin permacole

Très appréciée des abeilles, papillons, bourdons et abeilles charpentières, elle possède également un fort pouvoir allélopathique (l’allélopathie correspond aux interactions chimiques entre les plantes de différentes espèces. Une plante peut avoir un pouvoir allélopathique positif ou négatif sur une autre plante) : elle serait déconseillée près du thym, du romarin, de la mélisse, de la sarriette et de la coriandre, qu’il faudrait éloigner d’au moins 2 mètres. En pratique, essayez par vous-même : ce qui ne fonctionne pas dans certains contextes peut fonctionner ailleurs.

Elle aiderait néanmoins à lutter contre certains ravageurs : la piéride du chou, la mouche de la carotte, les pucerons, les limaces et les escargots. Plutôt que d’essayer d’en cultiver entre vos rangs de légumes, vous pouvez bénéficier de ses pouvoirs en en piquant quelques rameaux frais au milieu de vos cultures.

La sauge et la santé

En utilisation interne (en décoction ou infusion), voici quelques unes de ses actions :

Prise en gargarisme, elle apaise la toux et les maux de gorge.

Elle aide à faire baisser la fièvre, facilite la digestion, traite les vomissements, diarrhées, douleurs abdominales, lutte contre les états dépressifs, lutte contre la transpiration excessive et les problèmes féminins : elle stimule la fabrication d’œstrogènes ce qui a pour effet de régulariser le cycle menstruel et de calmer les douleurs de règles. Lors de la ménopause, la sauge aide à lutter contre les bouffées de chaleur et les vertiges.

En utilisation externe, les feuilles de sauge fraîches désinfectent les plaies en soin de premier secours et aident à la cicatrisation. Elles peuvent également servir en cas de piqûre ou de morsure.

La sauge en cuisine

La sauge se marie parfaitement avec les viandes riches comme le porc et le canard : déposez-en quelques feuilles entières sur un rôti lors de la cuisson !

Hachée fraîche, la sauge est délicieuse avec les pickles, les salades, le fromage blanc ou mijotée dans une sauce tomate (avec parcimonie, son parfum est très puissant !).

Elle est également délicieuse en infusion en plus de ses bienfaits.

Une recette avec de la sauge : le sirop de sauge

Voici une recette de sirop de sauge, inspirée de la recette du blog « Délice et saveur de Nath ».

À déguster tel quel avec de l’eau fraîche, à incorporer dans des desserts ou yaourts…

Les ingrédients :

  • 850 grammes de sucre non raffiné (évitez tout de même le rapadura, au goût trop prononcé)
  • 1 litre d’eau
  • 2 à 3 grosses poignées de sauge

Comment réaliser le sirop ?

Faites bouillir l’eau et laissez infuser la sauge toute une nuit, avec une assiette sur la casserole.

Le lendemain, filtrez et faites bouillir l’infusion de sauge avec le sucre jusqu’à ce que la préparation devienne suffisamment sirupeuse. Veillez à ce que le mélange ne monte pas trop en ébullition durant l’opération.

Versez le sirop dans une bouteille en verre préalablement ébouillantée à l’aide d’un entonnoir.

Et voilà ! À garder à la cave ou au frais 😊

PS : le meilleur moment pour réaliser ce sirop reste l’été, au moment où la sauge est la plus concentrée en huile essentielle et donc en goût !

Culture de la sauge

La sauge apprécie les terrains légers. Ainsi, si votre sol est à tendance argileuse et qu’il se gorge facilement d’eau en hiver, essayez de planter votre sauge sur une butte de terre, d’environ 30 cm de hauteur. Cela facilitera le drainage de l’eau et permettra à votre sauge de résister.

Pour l’emplacement, choisissez de préférence une exposition ensoleillée, et si possible à l’abri du vent.

Enfin, si vous plantez plusieurs plants, essayez de les espacer d’une soixantaine de centimètres minimum.

Pour le reste, la sauge n’a pas besoin de beaucoup de soins : quelques arrosages la première année, afin qu’elle s’installe correctement, et vous n’aurez ensuite plus rien à faire.

De la sauge sur mon balcon ?

C’est tout à fait envisageable. Elle poussera bien dans un pot de 15 centimètres de diamètre, placé sur un appui de fenêtre. Elle nécessite alors un mélange composé de bonne terre et de sable. Les substrats trop riches ne lui réussissent pas.