Le chop and drop avec Damien Dekarz

par | Déc 16, 2022 | Techniques de culture | 0 commentaires

En septembre 2021, nous sommes allés à la rencontre de Damien Dekarz, sa compagne Marie, et de leur jardin ! L’occasion pour nous de vous parler de « Chop and Drop », littéralement « Couper, déposer » en français. Une pratique permacole, vertueuse et pleine de bon sens que nous vous proposons de (re)découvrir ensemble.

Le chop and drop en quelques mots

Cette méthode permet de créer de la fertilité sur place, sans apport extérieur. Elle consiste à couper de la matière organique vivante, et à la déposer au sol pour le nourrir. La nature pratique elle-même le chop and drop depuis toujours, mais à son rythme ! Quand un arbre meurt, qu’une branche se casse, ou que l’hiver arrive et que les prairies non fauchées se couchent au sol, on obtient alors les mêmes effets !

Pour le jardinier, la pratique est accélérée : il taille lui-même les végétaux et les sélectionne selon leur capacité à se prêter au jeu.

Cet article n’a pas vocation à vous faire découvrir cette méthode, nous sommes sûrs que vous la pratiquez déjà en partie, mais à mettre un mot, plutôt une expression, sur ce geste que l’on réalise collectivement au jardin !

cousoude chop and drop
Un futur festin pour les vers de terre et autres petites bêtes !

Pourquoi le pratiquer ?

Le but est bien évidemment d’apporter de la biomasse au sol, pour le nourrir et favoriser/accélérer les cycles biologiques, notamment ceux du carbone et de l’azote. Un sol nourri régulièrement est souvent synonyme d’un sol en bonne santé ! Vous aurez ainsi les avantages d’un paillage, mais produit sur place.

Pour quels jardins ?

Tous les jardins ne sont pas fait pour la production de biomasse. Il faut un peu de place. Lorsque l’on est limité dans l’espace, et que nous souhaitons produire de la nourriture, l’arbitrage est souvent difficile entre les différentes zones : laisser de l’espace pour la biodiversité, produire sa biomasse, et une partie de son alimentation… Pas facile dans quelques dizaines de mètres carrés, surtout lorsque l’on fait la chasse aux intrants !

Deskarz bac potager
Même sur de petites surface, le chop and drop est un moyen efficace de produire de la matière organique.

Un système permaculturel idéal ne nécessite pas ou peu d’intrants extérieurs. Néanmoins, nous considérons que la biomasse est un bien commun et qu’elle peut être gérée au niveau communal ou intercommunal. Ainsi, si votre jardin est petit, et que vous n’avez pas de sensibilité particulière au fait de produire vous-même votre biomasse, n’hésitez pas à l’importer. Il serait dommage de sacrifier la moitié de votre jardin pour la produire… ! Cherchez tout de même des approvisionnements locaux, c’est sur ce point que vous pourrez rendre vos pratiques plus durables. À ce titre, rapprochez-vous des services techniques de votre commune, déchetteries, entreprises d’espaces verts, centre équestre….

Quelles plantes pour le chop and drop ?

Voici quelques végétaux que Damien nous a conseillés durant notre visite !

La massette

Plante aquatique très cultivée dans les forêts-jardins, la massette produit énormément de biomasse. Pour la cultiver, vous aurez besoin d’une zone humide dans votre jardin ou, à défaut, d’un bac qui retient l’eau. Vous ne serez pas déçu, la plante offre une large sélection de cannes à venir couper et déposer aux pieds de vos cultures, pérennes ou annuelles.

Cela ne l’empêchera pas de continuer à pousser et de vous offrir ses multiples parties comestibles. La massette à feuilles larges est en effet comestible de la tête aux pieds !

Les jeunes pousses sont consommées telles des asperges. Le pollen est utilisé pour enrichir en vitamines et minéraux des préparations. Fabrice Desjours de la Forêt Gourmande nous avait proposé une recette l’an dernier :

massette chop and drop
La massette pourra être sévèrement taillée, cela ne lui posera pas de problème. Elle est très vigoureuse !

Les racines sont également comestibles, cuites ou transformées en farine. Damien nous le rappelle : « L’épi se consomme comme un épi de maïs lorsqu’il est jeune, c’est excellent ». Enfin, la massette est une très bonne plante filtrante, largement utilisée en phyto-épuration.

Les saules

La plante par excellence pour le chop and drop ! Les saules poussent extrêmement vite, et sont des alliés de taille au jardin. Leur floraison précoce nourrit de nombreux insectes, leur pousse rapide permet de créer rapidement du relief sur un terrain nu. Il est en effet facile de créer de belles ambiances arborées en quelques années seulement. Après 3 à 4 ans, il mesure déjà plusieurs mètres.

vigne pousse dans saule
On peut facilement faire grimper des végétaux comestibles sur les saules. Il devient alors un arbre nourricier et producteur de biomasse ! Ici, une vigne qui commence à se hisser dans un saule.

On peut alors le tailler fortement et l’utiliser en amendement. On pourra faire grimper des végétaux comestibles dessus si on le laisse pousser. Mais on pourra aussi tout à fait le rabattre régulièrement près du sol. Point positif : il se plaît presque partout, même s’il préfèrera les zones humides !

Damien utilise même le saule crevette en association avec ses fruitiers. Il le taille alors en trogne, à quelques dizaines de centimètres du sol. Le saule est alors planté à deux pas du fruitier. De quoi venir bousculer les idées liées à la concurrence des végétaux… Mais c’est un autre débat !

La consoude

Cette herbacée, très utilisée en jardinage naturel, vous apportera de la matière verte à épandre au potager. Vous pourrez la tailler plusieurs fois par an. Prenez si possible la variété bocking 14, stérile, ce qui vous évitera d’être envahi.

9,8 C’est le rapport carbone/azote de la consoude. Il est optimal pour la nutrition des plantes.

La consoude se décompose très rapidement en offrant ses précieux nutriments.

fleur consoude

Et toutes les autres !

La méthode du chop and drop ressort finalement du bon sens ! Nourrir son sol est la base du jardinage sol vivant. Ainsi, n’hésitez pas à faire du chop and drop avec tout ce que vous trouvez !

Tous les végétaux peuvent être utilisés, y compris vos cultures… C’est ainsi que procède Damien dans sa serre : les tomates sont tellement exubérantes qu’il n’hésite pas à tailler celles qui dépassent dans les allées. Les tailles sont bien évidemment déposées directement sur le sol. Vous allez aussi sans doute modifier le regard que vous porterez aux classiques liserons, gaillet, amaranthes et autres plantes habituellement classées « indésirables ».

Sumac de virginie envahissant
Attention avec le chop and drop, certaines plantes se marcottent et se rebouturent très rapidement. Le sumac de Virginie a tendance à coloniser certaines parties du jardin.

En changeant notre vision de ces plantes, elles se transforment en un précieux mulch nutritif ! À condition de les couper avant que leurs graines ne soient formées… ! De plus, c’est la meilleure façon de les épuiser.

Des plantes à éviter ?

Oui, tout ce qui drageonne facilement, et en particulier les végétaux à épines ! On retrouve dans notre liste noire : les prunelliers, les robiniers faux-acacias, les sumacs, les bambous, et autres… Si vous les taillez, ils risquent de s’étendre très loin et d’envahir le jardin. Nous en avons fait l’expérience notamment avec les bambous et les sumacs. Concernant les bambous, notre touffe couvrait environ 80m2. Ayant décidé de les supprimer, nous avons tout coupé. L’année suivante, les bambous sont ressortis en nombre sur près de 1000 m2 autour de la touffe. En creusant, nous avons découvert un maillage épais de racines de bambous sur toute la surface. Prudence, donc… Nous coupons encore régulièrement les repousses, près de 2 ans après la première taille.

Un système de chop and drop à réaliser chez vous

Dans une volonté de gérer la fertilité de votre potager de la manière la plus locale possible, il est possible d’aménager de petites haies autour du potager avec des essences vigoureuses et faciles à tailler (illustration en page suivante). Nous pensons ici aux saules, mais il est possible d’utiliser une multitude de végétaux à croissance rapide : groseilliers à fleur, eleagnus, troènes, etc. Vous pouvez inclure quelques fruitiers : pêcher, abricotier, amandier…

dessin jardin permacole
Illustration : Margaux Duchesne – Même si le chop and drop ne suffira peut-être pas pour enrichir le potager, c’est tout de même grâce à cette biomasse produite que vous pourrez créer ce sol meuble, humide, vivant, adapté pour vos cultures !

L’avantage de ce système est similaire à celui des haies :

• les radicelles des arbustes vont se décomposer dans le sol tous les ans, apportant du carbone à ce dernier. Les feuilles mortes font amender le sol en tombant à proximité du potager (ce qui demande aussi d’être vigilant pour ne pas voir ses semis se faire recouvrir à l’automne)

• les haies vont relâcher de l’humidité en été.

• l’érosion sera limitée

• enfin, vous aurez de la biomasse à valoriser ! Comme si vous aviez un engrais vert permanent… !

Le chop and drop est une pratique vertueuse, que nous avons tous, sans le savoir, plus ou moins adopté dans nos jardins. N’hésitez pas à nous partager vos plantes favorites !

Aller plus loin :

réussir ses semis

Vous êtes intéressé par la permaculture, la biodiversité, le jardinage naturel ? Découvrez notre revue numérique en vous offrant un abonnement à prix libre ! 

Envie d’aller plus loin ?

Si cela vous intéresse, nous vous proposons un peu de lecture supplémentaire 😀

Vous ne le savez peut-être pas, mais nous éditons la première revue permacole à prix libre.  C’est une revue bimestrielle, numérique, dans laquelle nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossiers thématiques, voilà le programme !

Cette revue s’adresse à tout jardinier amoureux de la nature, désirant produire une partie de son alimentation tout en favorisant la vie dans son jardin, comme nous.

En vous offrant un abonnement, vous recevrez tous les deux mois la revue sur votre espace abonné et dans votre boîte mail.

La revue est un document PDF d’environ 80 pages qui regroupe de nombreux articles exclusifs sur la permaculture et le jardinage naturel. Comment gagner du temps, cultiver les bonnes plantes, faire les bonnes associations, adopter les bons réflexes…bref, améliorer facilement son quotidien et son jardin pour augmenter sa qualité de vie, tout simplement. C’est d’ailleurs notre devise : cultivez votre quotidien ! 

abonnement revue permaculture

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiquez votre adresse mail pour recevoir vos dossiers

Comment aborder les engrais verts, associer ses cultures, ou encore quels sont les repères de cultures de chaque légume ? Distances de plantation, associations, besoins nutritifs, etc. Découvrez tout cela dans nos dossiers cadeaux à télécharger gratuitement ! Nous vous les envoyons directement par mail !

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Indiquez votre adresse mail pour recevoir votre extrait directement dans votre boîte mail

Cultivez votre quotidien et gagner en autonomie avec notre revue numérique ! Nous vous envoyons votre extrait directement dans votre boîte mail.

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, votre extrait arrivera d'ici quelques minutes ! 🙂 Pensez à vérifier vos boîtes SPAM et promotions, les e-mails automatiques s'y glissent parfois.

Indiquez votre adresse mail

Vous serez prévenu quand la formation sera en ligne. 

Merci !

associations de culture

Associations de culture : recevez gratuitement notre guide !

Découvrez notre méthode infaillible pour ne plus rater vos associations de culture ! 

Pour recevoir ce guide, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. À très vite ! 

Merci ! Vous pouvez vérifier votre boîte mail, vos dossiers vous arriveront d'ici quelques minutes ! 🙂

Pin It on Pinterest

Share This